Espagne: Des peines allant jusqu'à treize ans de prison pour les indépendantistes catalans

JUSTICE Neuf des douze catalans jugés pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017 ont été condamnés à des peines de prison et les trois autres à des amendes

20 Minutes avec AFP

— 

Barcelone, le 1er octobre 2018. Des personnes pro-indépendance de la Catalogne lors d'une manifesation, un an après un  référendum d'autodétermination interdit par Madrid
Barcelone, le 1er octobre 2018. Des personnes pro-indépendance de la Catalogne lors d'une manifesation, un an après un référendum d'autodétermination interdit par Madrid — Alejandro Garcia/EFE/SIPA

La Cour suprême espagnole a condamné lundi neuf des douze Catalans jugés pour leur rôle dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017 à des peines allant de 9 à 13 ans de prison pour sédition et détournement de fonds publics.

Ces peines sont nettement inférieures à celles réclamées par le parquet qui avait requis jusqu’à 25 ans de prison dans le cas de l’ancien vice-président régional Oriol Junqueras. Trois autres ont été condamnés à des amendes.

«Nous reviendrons encore plus forts»

L'ancien vice-président catalan Oriol Junqueras, principal indépendantiste catalan condamné lundi par la Cour suprême espagnole, a assuré qu'en dépit des lourdes peines infligées, le mouvement séparatiste reviendrait «encore plus fort». «A ceux dont la seule volonté est de faire du mal, nous leur disons que rien n'est terminé aujourd'hui, vous n'avez ni vaincu, ni convaincu. Nous reviendrons et nous reviendrons encore plus forts (...) N'ayez aucun doute, nous reviendrons et nous gagnerons», promet-il dans une lettre à ses partisans écrite depuis sa prison et publiée par son parti Gauche Républicaine de Catalogne (ERC).

Carlos Puigdemont a dénoncé une «aberration» sur Twitter.