Japon : Le typhon Hagibis fait au moins 58 morts, 110.000 secouristes mobilisés

JAPON La tempête chargée de pluies d’une intensité record a semé la désolation en traversant le centre et l’est du pays dans la nuit de samedi à dimanche

20 Minutes avec AFP

— 

Opérations de secours dans la région de Nagano (Japon) après le passage du typhon Hagibis, le 14 octobre 2019.
Opérations de secours dans la région de Nagano (Japon) après le passage du typhon Hagibis, le 14 octobre 2019. — Hiroto Sekiguchi/AP/SIPA

Maisons submergées, glissements de terrain, cours d’eau en furie : la tempête chargée de pluies d’une intensité record a semé la désolation au Japon. L’est du pays a été frappé par le puissant typhon Hagibis, dans la nuit de samedi à dimanche, faisant au moins 58 morts, selon un nouveau bilan donné ce lundi soir par la chaîne de télévision publique NHK.

Une douzaine de personnes est toujours portée disparue, a ajouté la NHK alors que des dizaines de milliers de sauveteurs cherchaient encore des survivants dans les zones inondées et affectées par des glissements de terrain meurtriers. Plus de 200 personnes sont par ailleurs blessées.

De nouvelles précipitations prévues

D’importantes inondations affectaient toujours la région centrale de Nagano, où une digue a lâché, déversant les eaux de la rivière Chikuma sur une zone résidentielle dont les habitations étaient inondées jusqu’au premier étage. « Actuellement 110.000 policiers, pompiers, garde-côtes et soldats des Forces d’autodéfense font tout leur possible dans les opérations de recherche et de sauvetage et cela devrait continuer toute la nuit », a déclaré le Premier ministre Shinzo Abe.

Tandis que plus de 110.000 secouristes, dont 31.000 soldats des Forces japonaises d’autodéfense, étaient sur le terrain, les météorologues japonais prévoient de nouvelles précipitations dans le centre et l’est du Japon et mettent en garde contre le danger de nouveaux glissements de terrain et inondations. « De la pluie est prévue aujourd’hui dans les zones frappées par la catastrophe », a déclaré lundi au cours d’une conférence de presse le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, en appelant à « rester totalement vigilants ». Dans la région de Nagano, une des plus durement touchées, il pleuvait déjà et les précipitations devaient s’intensifier. « Nous craignons que ces pluies n’aient un impact sur les recherches et les tentatives de sauvetage », a déclaré un responsable local Hiroki Yamaguchi.

Près de 150 rivières ont débordé

Au total 142 rivières ont débordé principalement dans le nord et l’est du Japon, ont rapporté les médias.

Dans la région centrale de Nagano notamment, une digue a lâché, déversant les eaux de la rivière Chikuma sur une zone résidentielle dont les habitations étaient inondées jusqu’au deuxième étage. Dans certains endroits des hélicoptères hélitreuillaient les résidents réfugiés sur leurs balcons ou sur les toits, ailleurs des sauveteurs se faufilaient à bord d’embarcations sur les eaux boueuses entre les habitations pour libérer des personnes bloquées. « Tout dans ma maison a été emporté par l’eau sous mes yeux, je me demandais si c’était un cauchemar ou la réalité », a déclaré à la chaîne publique NHK une habitante de Nagano. « Je crois que j’ai de la chance d’être encore en vie », a-t-elle ajouté.

Plus de 111.000 foyers toujours privés d’électricité

Quelque quatre millions de personnes étaient toujours concernées par des consignes d’évacuation dimanche en fin d’après-midi. Plus de 135.000 avaient suivi ces avis sans caractère obligatoire et se trouvaient dans des refuges. Samedi soir, un cargo battant pavillon panaméen a coulé dans la baie de Tokyo, faisant deux victimes parmi l’équipage. Quatre autres membres de l’équipage ont été sauvés, mais six autres étaient toujours recherchés. Quelque 75.900 foyers étaient toujours privés d’électricité lundi après-midi, et environ 135.000 n’avaient plus accès à l’eau potable.

La tempête a aussi bouleversé l’organisation de deux compétitions sportives organisées au Japon : les qualifications du Grand Prix de Formule 1 de Suzuka avaient été reportées à dimanche matin, tandis que deux matchs du Mondial de rugby qui devaient se tenir samedi (France-Angleterre et Nouvelle-Zélande-Italie) avaient été annulés dès jeudi.

Un troisième match, Namibie-Canada, qui était prévu dimanche à Kamaishi (nord), a également été annulé. Un crève-cœur pour cette commune quasiment rayée de la carte par le tsunami de 2011 et qui voyait dans cette rencontre un symbole de sa résurrection. L’équipe canadienne de rugby s’est montrée solidaire des habitants en participant dimanche aux travaux de nettoyage de la ville. La rencontre entre l’Écosse et le Japon dimanche soir, décisive pour l’Ecosse mais longtemps menacée, a finalement été maintenue.