Procédure d'« impeachment » : Que reproche-t-on aux deux Ukrainiens qui ont été arrêtés ?

ETATS-UNIS Lev Parnas et Igor Fruman sont accusés d’avoir dissimulé l’origine de fonds versés en 2018 à plusieurs candidats républicains, mais aussi d’avoir joué les intermédiaires pour convaincre les autorités ukrainiennes d’enquêter sur le fils de Joe Biden

Manon Aublanc

— 

Lev Parnas et Igor Fruman, deux associés de l'avocat de Donald Trump Rudy Giuliani, ont été arrêtés me 9 octobre 2019.
Lev Parnas et Igor Fruman, deux associés de l'avocat de Donald Trump Rudy Giuliani, ont été arrêtés me 9 octobre 2019. — Alexandria Sherrif Office
  • Les démocrates, qui ont lancé l’enquête en vue d’une procédure de destitution (« impeachment ») contre Donald Trump, ont exigé la coopération de deux hommes d’affaires proches de l’avocat du président, arrêtés alors qu’ils s’apprêtaient à quitter les Etats-Unis.
  • Lev Parnas et Igor Fruman, deux citoyens américains nés en Ukraine et en Biélorussie, ont été interpellés, ce mercredi soir, à l’aéroport international de Washington.
  • Accusés d’avoir violé les lois sur le financement des campagnes électorales, ils sont également soupçonnés d’avoir servi d’émissaires à Rudy Giuliani, l’avocat personnel du président, pour convaincre l’Ukraine de livrer des informations compromettantes sur Joe Biden, le possible rival de Donald Trump pour la présidentielle de 2020.

Donald Trump ne « connaî(t) pas ces messieurs ». « Alors qu’ils s’apprêtaient à quitter les Etats-Unis », deux hommes d’affaires proches de l’avocat de Donald Trump, ont été arrêtés, ce mercredi, à l’aéroport international de Washington.

Accusés d’avoir dissimulé l’origine étrangère de fonds versés, en 2018, à plusieurs candidats républicains, Lev Parnas et Igor Fruman sont également soupçonnés d’avoir aidé Rudy Giuliani, l’avocat personnel du président, à convaincre l’Ukraine d’enquêter sur Joe Biden, le possible adversaire de Donald Trump pour la présidentielle de 2020.

Les deux hommes intéressent les élus démocrates qui supervisent l’enquête en vue d’une procédure de destitution contre Donald Trump, soupçonné d’avoir sollicité l’aide de l’Ukraine dans sa campagne de réélection. Qui sont ces deux hommes ? Quel est leur rôle ? De quoi sont-ils accusés ? 20 Minutes vous donne les clés pour comprendre cette affaire.

Pourquoi les deux hommes ont-ils été arrêtés mercredi ?

Lev Parnas et Igor Fruman, deux citoyens américains originaires d’Ukraine et de Biélorussie, ont été interpellés, ce mercredi soir à l’aéroport international de Washington, et inculpés pour violations des lois sur le financement des campagnes électorales. Munis d’un aller simple pour l’étranger, les deux hommes « s’apprêtaient à quitter les Etats-Unis », selon la police fédérale. Lev Parnas et Igor Fruman sont dans le viseur de la justice américaine pour avoir dissimulé l’origine étrangère de fonds versés, en 2018, à plusieurs candidats républicains lors d’élections locales et fédérales aux Etats-Unis. Selon les enquêteurs, une partie de ces dons proviendrait de Russie.

Selon l’acte d’inculpation, Lev Parnas et Igor Fruman auraient commencé, en 2018, à « faire des contributions substantielles à des candidats » américains, au niveau fédéral et des Etats, pour « favoriser leurs intérêts financiers mais aussi les intérêts politiques d’au moins un membre du gouvernement ukrainien pour lequel ils travaillaient ». D’après ce document judiciaire, les deux hommes, installés en Floride, ont effectué plusieurs dons au nom d’une compagnie d’import-export, afin de camoufler « le vrai donateur », un mystérieux « individu 1 ».

D’après les médias américains, les deux entrepreneurs auraient contribué à hauteur de 325.000 dollars à la campagne de Donald Trump pour la présidentielle de 2020. En mai 2018, les deux hommes avaient également promis de lever des fonds pour un élu du Congrès, tout en lui demandant de convaincre « le gouvernement américain de rappeler l’ambassadrice des Etats-Unis en Ukraine ». La diplomate, Marie Yovanovitch, a été limogée, un an plus tard, en raison de son opposition aux manœuvres du président américain pour faire pression sur l’Ukraine afin d’obtenir une enquête sur la famille Biden.

Quel lien les deux hommes ont-ils avec la procédure d’« impeachment » lancée contre Donald Trump ?

En parallèle de cette enquête judiciaire, ouverte par des procureurs new-yorkais, les deux hommes d’affaires sont également soupçonnés d’avoir servi d’émissaires à Rudy Giuliani, l’avocat personnel de Donald Trump, pour convaincre l’Ukraine d’enquêter et de trouver des informations compromettantes sur Joe Biden, le candidat démocrate et possible rival du président américain pour la présidentielle de 2020. Selon plusieurs médias américains, Lev Parnas et Igor Fruman auraient notamment aidé Rudy Giuliani à rencontrer Iouri Loutsenko, alors procureur général ukrainien, à New York pour tenter de le convaincre d’ouvrir une enquête sur Hunter Biden, le fils de Joe Biden, qui a siégé au conseil d’administration d’un grand groupe gazier ukrainien de 2014 à 2019.

Lors d’un échange téléphonique fin juillet, Donald Trump avait demandé à son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky de « se pencher » sur ce dossier et d’entrer en contact avec son avocat. Cet appel, rendu public après l’intervention d’un lanceur d’alerte, a justifié la décision des démocrates de lancer une enquête pouvant mener à une procédure d'« impeachment » de Donald Trump.

Si Donald Trump a affirmé, ce jeudi, ne « pas connaître ces messieurs », Lev Parnas et Igor Fruman ont pourtant été photographiés en sa compagnie, ainsi que celles de Rudy Giuliani et de Mike Pence lors d’un dîner à la Maison Blanche en 2018. « Je ne sais pas ce qu’ils font, peut-être qu’il faut demander à Rudy », a déclaré le locataire de la Maison Blanche après leur arrestation, ajoutant : « Je prends des photos avec presque tout le monde. »

Les deux hommes vont-ils être entendus par le Congrès ?

Les démocrates ont donc exigé la coopération de deux hommes d’affaires dans cette enquête. Attendus au Congrès ce jeudi et vendredi pour y être auditionnés, Lev Parnas et Igor Fruman ont décliné l’invitation, s’abritant derrière un courrier de la Maison Blanche, qui a refusé de coopérer à une enquête jugée « partisane et anticonstitutionnelle ». Les deux hommes « sont des citoyens privés, ils ne sont pas employés de l’administration et ne peuvent pas se dérober », ont rappelé les présidents des commissions de la Chambre des représentants du Congrès chargées de l’enquête.

Un juge fédéral a accepté, ce jeudi, de les remettre en liberté provisoire à condition qu’ils versent chacun une caution d’un million de dollars, selon plusieurs médias américains. Les élus démocrates ont, eux, adressé une injonction formelle aux avocats des deux hommes pour obtenir, d’ici six jours, une série de documents utiles à l’enquête contre Donald Trump. Les parlementaires espèrent réussir à entendre Lev Parnas et Igor Fruman « à une date ultérieure ».