Syrie : Les Kurdes affirment avoir « repoussé » l’offensive terrestre turque

LIVE Suivez avec nous l’évolution de la situation en Syrie

Manon Aublanc

— 

L'offensive turque en Syrie a fait au moins 11 morts, dont 8 civils.
L'offensive turque en Syrie a fait au moins 11 morts, dont 8 civils. — Delil SOULEIMAN / AFP

L’ESSENTIEL

  • Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé, ce mercredi, le début d’une nouvelle opération militaire contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG).
  • La Turquie considère les YPG, alliés des Etats-Unis contre Daesh, comme un groupe « terroriste », en raison de ses liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).
  • Mardi, Donald Trump avait créé la surprise en annonçant le retrait des forces américaines de la frontière turque en Syrie, ouvrant la voie à cette offensive.

VIDEO

A LIRE AUSSI

1h30: Ce live est terminé

Bonne nuit à ceux encore éveillés, on se retrouve dans quelques heures pour suivre l'évolution de l'offensive turque vivement critiquée en Europe.

0h32: Pour Le Drian « l’opération unilatérale lancée par la Turquie en Syrie doit cesser »

Le ministre français des Affaires étrangères a choisi Twitter pour réagir. « Je condamne l’opération unilatérale lancée par la Turquie en Syrie », a ainsi écrit Jean-Yves Le Drian, ajoutant : « Elle doit cesser ». « Elle remet en cause les efforts sécuritaires et humanitaires de la coalition contre Daech et risque de porter atteinte à la sécurité des Européens », a ajouté dans son tweet sur son compte officiel le chef de la diplomatie française. « Le Conseil de sécurité » (des Nations Unies) est saisi a-t-il conclu.

 

0h45: Les Kurdes «ne nous ont pas aidés en Normandie», lance Donald Trump

Donald Trump «aime» les Kurdes, mais il tient à apporter quelques précisions. Interrogé mercredi sur la possibilité que les Américains construisent une alliance avec les Kurdes, contre qui la Turquie a lancé une offensive en Syrie, le président américain a répondu que ces derniers n'avaient «pas aidé» les Etats-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale et le débarquement en Normandie.

«Les Kurdes se battent pour leur terre, il faut que vous compreniez», a expliqué le président républicain depuis la Maison Blanche. Affirmant s'appuyer sur un article «très puissant», vraisemblablement publié par le site internet conservateur Townhall, il a développé son argumentaire: «Ils ne nous ont pas aidés pendant la Seconde Guerre mondiale. Ils ne nous ont pas aidés en Normandie, par exemple».

0h25: Ankara rejette les critiques des pays du Golfe

Le chef de la diplomatie turque a vertement rejeté mercredi les critiques émanant de certains pays du Golfe sur son opération en Syrie, les accusant d'avoir "tué et affamé tant de civils" au Yémen. "Vous avez tué et affamé tant de civils au Yémen. De quel droit vous opposez-vous maintenant à cette opération ?", a dit Mevlüt Cavusoglu, cité par l'agence de presse étatique Anadolu, dans une apparente réponse aux critiques de l'Arabie saoudite et des Emirats arabes unis.

23h15: Des sénateurs américains proposent des sanctions draconiennes contre la Turquie

Deux sénateurs démocrate et républicain ont dévoilé mercredi une proposition visant à sanctionner très sévèrement la Turquie si elle ne retire pas son armée de Syrie dans la foulée de son opération en cours contre les forces kurdes. Ce projet imposerait au gouvernement de Donald Trump de geler les biens aux Etats-Unis des plus hauts dirigeants turcs, y compris le président Recep Tayyip Erdogan, et d'imposer des sanctions à toute entité étrangère qui vendrait des armes à Ankara.

Les mesures punitives viseraient aussi le secteur énergétique turc, selon le texte publié sur Twitter par le sénateur républicain Lindsey Graham, d'ordinaire proche du président Trump mais très remonté contre sa position dans la crise actuelle, et par son collègue démocrate Chris Van Hollen.

22h40: Les Kurdes affirment avoir «repoussé» l'offensive terrestre turque

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), dominées par les Kurdes des Unités de protection du peuple (YPG), ont affirmé mercredi soir avoir «repoussé» l'offensive terrestre turque. «L'offensive terrestre des forces turques a été repoussée par les combattants des FDS» dans la région de Tal Abyad, a écrit le porte-parole des FDS, Mustefa Bali, sur Twitter.

 

22h35 : Trump espère qu’Erdogan agira de manière « rationnelle »

« J’espère qu’il agira de manière rationnelle », a déclaré Donald Trump depuis la Maison Blanche. « Nous verrons comment il mène (cette opération) », a-t-il ajouté. « S’il le fait de manière injuste, il paiera un énorme prix économique », a-t-il mis en garde, reprenant une menace déjà proférée en début de semaine.

22h10 : François Hollande veut des sanctions contre la Turquie

L’ex-président François Hollande a demandé mercredi des sanctions contre la Turquie. « Le Conseil de sécurité qui se réunit ce jeudi doit décider de sanctions contre la Turquie, si l’offensive se poursuit, et l’Union européenne doit faire immédiatement de même », a-t-il déclaré dans un entretien au Parisien. Pour lui, il faut aussi « suspendre » la participation de la Turquie dans l’Otan. « Les Kurdes sont nos alliés, ils ont mené le combat contre Daech. Or, la Turquie est membre de l’Otan. Comment admettre qu’un pays qui est dans une alliance avec nous puisse attaquer une force qui a été notre principal partenaire contre Daesh ».

21h50 : L’Arabie saoudite « condamne l’agression » de la Turquie en Syrie

L’Arabie saoudite condamne « l’agression de l’armée turque lancée dans le nord-est de la Syrie » contre les forces kurdes, a indiqué mercredi le ministère saoudien des Affaires étrangères. L’offensive turque risque d’avoir des « répercussions négatives sur la sécurité et la stabilité de la région » et de « saper les efforts internationaux de lutte contre le groupe terroriste Etat islamique » (Daesh), a dénoncé le ministère sur Twitter.

21h40 : La Turquie annonce le début de la phase terrestre de l’offensive

 

Des militaires turcs et leurs supplétifs syriens ont pénétré mercredi dans le nord-est de la Syrie dans le cadre d’une offensive lancée par Ankara contre une milice kurde soutenue par les pays occidentaux, a indiqué le ministère turc de la Défense.

 

Le porte-parole d’un groupe de rebelles syriens participant à l’offensive a affirmé à l’AFP que cette offensive terrestre avait commencé mercredi soir en direction de la ville de Tal Abyad, contrôlée par la milice des Unités de protection du peuple (YPG) dans le nord-est de la Syrie.

21h20 : Au moins 15 morts, dont 8 civils, dans l’offensive turque en Syrie

Le bilan humain s’alourdit : au moins 15 personnes, dont huit civils, ont été tuées mercredi au cours de l’offensive turque, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Parmi les victimes, deux sont mortes lors de tirs d’artillerie contre la ville de Qamichli, une ville majoritairement kurde, a précisé l’OSDH.

21h : Londres exprime sa « sérieuse préoccupation »

Le chef de la diplomatie britannique Dominic Raab a exprimé mercredi sa « sérieuse préoccupation » après l’offensive « unilatérale » de la Turquie.

Cette opération « risque de déstabiliser la région, exacerber la crise humanitaire et saper les progrès accomplis dans la lutte contre Daech », a déclaré le ministre britannique des Affaires étrangères dans un communiqué, avertissant que le Royaume-Uni ne « soutiendra pas de projets de rapatriement (de réfugiés syriens) tant que les conditions ne sont pas en place pour un retour volontaire et sûr ».

20h40 : Au moins 11 morts, dont 8 civils, dans l’offensive turque en Syrie

L’offensive turque en Syrie a fait au moins 11 morts, dont 8 civils, ont annoncé des ONG présentes sur place.

19h08 : L’offensive turque en Syrie est « une mauvaise idée », selon Donald Trump

Le président américain Donald Trump a estimé mercredi que l’offensive lancée par la Turquie dans le nord-est de la Syrie contre une milice kurde était « une mauvaise idée ».

« Ce matin, la Turquie, membre de l’Otan, a envahi la Syrie. Les Etats-Unis ne soutiennent pas cette attaque et ont clairement indiqué à la Turquie que cette opération était une mauvaise idée », a-t-il indiqué dans un bref communiqué.

Mardi, Donald Trump avait pourtant créé la surprise en annonçant le retrait des forces américaines de la frontière turque en Syrie, ouvrant la voie à cette offensive.

 

18h34 : Des images de l’agence de presse syrienne NPA

 

18h08 : Les Pays-Bas convoquent l’ambassadeur turc

Le ministre néerlandais des Affaires étrangères Stef Blok a annoncé avoir convoqué l’ambassadeur turc aux Pays-Bas.

« Les Pays-Bas condamnent l’offensive turque dans le nord-est de la Syrie. J’ai convoqué l’ambassadeur de Turquie. Appelons la Turquie à ne pas poursuivre sur la voie choisie », a déclaré Stef Blok dans un tweet.

18h02 : Des « milliers » de personnes fuient les raids turcs à la frontière, selon les ONG

Des « milliers » de personnes ont fui les frappes aériennes d’Ankara visant des secteurs du nord de la Syrie situés à la frontière avec la Turquie, a rapporté l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

« Il y a des milliers de déplacés dans la région de Ras al-Aïn et des villages de Tal Abyad », a indiqué le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane. Les déplacés ont fui vers des secteurs adjacents épargnés par les bombardements, a-t-il précisé.

17h54 : Le résumé en vidéo

 

17h45 : Une réunion d’urgence du Conseil de sécurité de l’ONU se tiendra jeudi

Une réunion en urgence et à huis clos du Conseil de sécurité de l’ONU se tiendra jeudi matin, a-t-on appris de sources diplomatiques.

Cette réunion a été réclamée par la Belgique, la France, l’Allemagne, la Pologne et le Royaume Uni. La rencontre, en fin de matinée, interviendra dans la foulée de consultations à huis clos du Conseil de sécurité sur la Colombie, selon les mêmes sources.

17h32 : L’Otan appelle la Turquie à la « retenue »

Le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg a appelé la Turquie à la « retenue » dans son opération en Syrie et à ne « pas compromettre les succès réalisés » contre le groupe Etat islamique.

« Je compte sur la Turquie pour agir avec retenue et veiller à ce que les progrès que nous avons réalisés dans la lutte contre l’Etat islamique ne soient pas compromis. Je discuterai de cette question avec le président Erdogan vendredi », a-t-il déclaré dans un message sur son compte Twitter.

 

17h28 : Le nombre de victimes civiles précisé

Au moins deux civils ont été tués et deux autres blessés dans les bombardements turcs qui ont visé un village à l’ouest de Ras al-Aïn, région frontalière du nord de la Syrie, a annoncé une alliance de combattants kurdes et arabes.

« Deux civils ont perdu leur vie, deux autres ont été blessés dans les bombardements aériens turcs sur le village de Micharrafa », ont annoncé sur Twitter les Forces démocratiques syriennes (FDS).

17h05 : La résurgence de Daesh, le risque selon l’Allemagne

Le gouvernement allemand a « condamné mercredi avec la plus grande fermeté » l’offensive turque, qui « risque de déstabiliser davantage la région et de provoquer une résurgence » du groupe Etat islamique.

« Nous exhortons la Turquie à mettre fin à son offensive et à défendre ses intérêts sécuritaires de manière pacifique », a ajouté dans un communiqué le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas.

16h53 : Des « victimes » civiles dans les frappes turques à la frontière

Les raids aériens de la Turquie ont fait « des victimes parmi les civils », a annoncé une coalition de combattants kurdes et arabes.

Il y a eu des « bombardements intensifs des avions turcs sur des positions militaires et des villages de civils » à Tal Abyad, Ras al-Aïn, Qamichli ou encore Ain Issa, ont annoncé sur Twitter les Forces démocratiques syriennes (FDS). « Selon les premiers rapports il y a des victimes parmi les civils », a affirmé cette coalition.

16h45 : Le Congrès américain fera payer « très cher » à la Turquie son offensive en Syrie

Le Congrès américain va faire payer « très cher » au président turc Recep Tayyip Erdogan son offensive, a prévenu l’influent sénateur républicain Lindsey Graham.

« Priez pour nos alliés kurdes qui ont été honteusement abandonnés par l’administration Trump », a-t-il écrit sur Twitter.

« Je vais mener les efforts aux Congrès pour qu’Erdogan paie très cher », a ajouté celui qui est d’ordinaire un proche soutien du président Donald Trump.

 

16h33 : La France condamne « très fermement » l’offensive turque

La France condamne « très fermement » l’offensive turque lancée dans le nord de la Syrie et saisit le Conseil de sécurité de l’ONU, a déclaré la secrétaire d’État aux Affaires européennes, Amélie de Montchalin.

« La France, l’Allemagne et le Royaume uni sont en train de finaliser une déclaration commune qui sera extrêmement claire sur le fait que nous condamnons très fortement et très fermement ce qui est rapporté », a-t-elle dit devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale. « Nous saisissons le Conseil de sécurité des Nations unies », a-t-elle ajouté.

16h14 : L’Union européenne exige l’arrêt de l’offensive Turque en Syrie

Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, a exigé l’arrêt de l’offensive Turque en Syrie et a averti qu’aucun financement européen ne serait accordé « pour une zone de sécurité ».

« La Turquie doit cesser l’opération militaire en cours. Elle ne donnera pas de résultat. Et si le plan de la Turquie est la création d’une zone de sécurité, n’attendez pas de financement de l’Union européenne », a-t-il affirmé devant le Parlement européen réuni à Bruxelles.

16h09 : Le président du Conseil de sécurité de l’ONU appelle à « protéger les civils »

Le président en exercice du Conseil de sécurité de l’ONU, l’ambassadeur sud-africain Jerry Matthews Matjila, a appelé mercredi la Turquie à « épargner les civils » et à « exercer un maximum de retenue » dans ses opérations militaires en Syrie.

16h03 : Une ONG confirme des « frappes aériennes » turques dans le Nord syrien près de la frontière

La Turquie a mené des « frappes aériennes » dans la région de Ras al-Aïn, située dans le nord syrien à la frontière avec la Turquie, a rapporté une ONG. Des « raids aériens » mais aussi des tirs d’artillerie ont visé la ville de Ras al-Aïn et ses environs, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

16h : La Turquie appelle les pays européens à « reprendre » leurs ressortissants

La Turquie a également appelé les pays européens à « reprendre » leurs ressortissants ayant intégré les rangs du groupe Etat islamique (EI) et aujourd’hui détenus par les forces kurdes.

« L’origine du problème (…) c’est que leurs pays d’origine ne veulent pas les reprendre », a déclaré le porte-parole du président Recep Tayyip Erdogan, Ibrahim Kalin, dans un entretien avec la BBC. « Les pays comme l’Allemagne, la France, l’Italie, la Grande-Bretagne, la Belgique ne veulent pas les reprendre, mais il s’agit de leurs ressortissants. Ils doivent les reprendre, les juger et laisser la justice suivre son cours », a-t-il poursuivi.

15h57 : Besoin d’une explication ?

Si vous n’avez pas suivi l’évolution de la situation en Syrie ces derniers jours, on vous explique tout juste ici.

15h56 : Une explosion a été entendue dans la région de Ras al-Ain, frontalière de la Turquie

Une forte explosion a été entendue dans la région de Ras al-Aïn, située dans le nord syrien à la frontière avec la Turquie, a rapporté un correspondant de l’AFP.

Rapportant la fuite de dizaines de civils, le correspondant de l’AFP a pu voir des colonnes de fumée s’élever tout près de la frontière tandis que des avions survolaient le secteur. « Les avions de guerre turcs ont commencé à mener des frappes aériennes sur des zones civiles, il y a une forte panique parmi les gens », a indiqué de son côté un porte-parole des forces kurdes, Mustafa Bali.

15h52 : Recep Tayyip Erdogan confirme le lancement de l’offensive militaire

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a annoncé, ce mercredi, le début d’une nouvelle opération militaire contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG) soutenue par les pays occidentaux, mais bête noire d’Ankara.

« Les Forces armées turques et l’Armée nationale syrienne (des rebelles syriens soutenus par Ankara) ont débuté l’opération "Source de paix" dans le nord de la Syrie », a déclaré Recep Tayyip Erdogan sur Twitter.

15h45 : Bonjour et bienvenue dans ce live

Suivez avec nous l’évolution de la situation en Syrie alors que la Turquie a lancé une opération militaire contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG).