Des premières dames d'Afrique contre l'excision

- ©2008 20 minutes

— 

Les épouses des présidents béninois, ivoirien, ghanéen, malien, nigérien, togolais et burkinabé sont invitées à « discuter de la lutte contre les mutilations génitales féminines », à partir d'aujourd'hui à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso. Objectif : faire le point sur la pratique de l'excision. Cette mutilation traditionnelle des filles consiste, selon les ethnies, en une ablation totale ou partielle du clitoris, des petites et parfois des grandes lèvres à l'entrée du vagin. Elle est pratiquée dans près d'une trentaine de pays d'Afrique, malgré d'importantes campagnes de sensibilisation et des lois de plus en plus répressives.