La mort de Jörg Haider pourrait réunir les deux extrêmes droites autrichiennes

A. Le G. - ©2008 20 minutes

— 

Après la mort de son chef historique, l'extrême droite autrichienne s'interroge sur son avenir. Jörg Haider, 58 ans, est décédé samedi dans un accident de voiture alors qu'il roulait à 142 km/h, au lieu des 70 km/h autorisés, dans son fief de Carinthie (Sud). Le dirigeant populiste, fondateur du BZÖ en 2005, quitte la scène politique à un moment clé : les deux partis d'extrême droite, le FPÖ et le BZÖ, venaient de s'imposer, avec respectivement 17,5 % et 10,7 % des voix, lors des législatives de septembre.

Mais les deux partis n'étaient jusqu'à présent pas parvenus à opérer une alliance qui leur aurait permis de peser comme deuxième force politique du pays. Le décès du chef du BZÖ pourrait permettre, selon la presse, un rapprochement des deux formations. Et entraîner une recomposition de l'échiquier politique. Fils d'un cordonnier nazi, Haider incarnait depuis plus de vingt ans le visage de l'extrême droite la plus puissante d'Europe. En 1999, c'est lui qui l'avait portée au gouvernement du chancelier conservateur Wolfgang Schüssel.