Finlande: Un mort et dix blessés dans une attaque dans un lycée professionnel

ATTAQUE Selon les médias locaux, l’assaillant – appréhendé par la police – aurait utilisé un sabre contre ses victimes

20 Minutes avec AFP

— 

(Illustration) Un policier finlandais sur la Place du marché de Turku.
(Illustration) Un policier finlandais sur la Place du marché de Turku. — Roni Lehti/AP/SIPA

Un homme armé d’un sabre a tué une personne et en a blessé neuf autres, ce mardi, dans un lycée professionnel à Kuopio, dans le centre-est de la Finlande pour des raisons encore inconnues. Il a été appréhendé par la police.

L’assaillant, qui a également été blessé, a fait irruption dans la matinée dans l’une des classes de l’institut de formation professionnelle de Savo, une structure qui accueille lycéens et adultes, selon des témoins. Les services d’urgence ont été appelés à la mi-journée. « Le suspect portait une arme blanche de type sabre », a déclaré le commissaire Mikko Lyytinen de la police de Finlande orientale. Il portait également sur lui une autre arme, a-t-il précisé lors d’une conférence de presse.

Les circonstances de cette attaque restent floues, de même que les motivations du suspect, identifié comme étant un homme de nationalité finlandaise, né en 1994 et étudiant à l’institut Savo.

Une attaque à l’arme blanche

L’identité de la victime quant à elle n’est pas connue. « Je peux seulement confirmer à ce stade que la victime était une femme », a simplement déclaré Mikko Lyytinen. « Il a frappé une fille au cou avec un sabre et l’a poignardée à l’abdomen », a raconté un témoin de l’attaque à la presse locale. L’agresseur a également déclenché « une sorte de petite bombe incendiaire », a-t-il ajouté.

Une autre témoin, Roosa Kokkonen, qui travaille dans un garage à proximité de l’établissement, a déclaré à la chaîne de télévision finlandaise MTV qu’une enseignante est sortie en courant du bâtiment les mains couvertes de sang. « Pendant que j’aidais la professeure, j’ai commencé à entendre d’autres appels à l’aide. Les étudiants s’enfuyaient et entraient dans mon garage », a ajouté Roosa Kokkonen. Elle a également raconté à l’agence de presse finlandaise STT que les élèves lui ont décrit l’arme comme « un long sabre », que l’assaillant a « commencé à faire tournoyer (…) dans la classe ».

Une enquête pour meurtre et tentatives de meurtre

Sur place, les policiers ont rapidement appréhendé l’assaillant. « Le suspect a été grièvement blessé pendant son interpellation et est soigné à l’hôpital universitaire de Kuopio », ont déclaré les autorités dans un communiqué. Un policier a été légèrement blessé lors de l’intervention.

Une perquisition au domicile de l’assaillant a révélé la présence d’objets pouvant être utilisés pour fabriquer des cocktails Molotov et « d’autre matériel incendiaire », a précisé la police en conférence de presse. Une enquête pour meurtre et tentatives de meurtre a été ouverte.

Dans un tweet, le Premier ministre finlandais Antti Rinne a condamné l’attaque qu’il décrit comme « choquante et totalement inacceptable ». « J’ai discuté avec le directeur général de la police et le gouvernement surveille la situation de près. En mon nom et au nom de l’ensemble du gouvernement, je présente mes condoléances à toutes les familles touchées », a-t-il écrit.

Deux tueries de masse en 2007 et 2008

Même si les crimes violents restent relativement rares dans le pays nordique de 5,4 millions d’habitants, la Finlande a déjà été éprouvée par deux tueries de masse dans des établissements scolaires à la fin des années 2000.

En 2007, un jeune homme de 18 ans avait abattu sept élèves ainsi que la directrice d’un lycée de Tuusula, au nord d’Helsinki, avant de se donner la mort. En septembre 2008, un étudiant avait tué 10 personnes dans un lycée d’enseignement professionnel de Kauhajoki (ouest), avant lui aussi de mettre fin à ses jours.

Par ailleurs en août 2017, un demandeur d'asile marocain de 22 ans avait mortellement poignardé deux femmes et blessé huit autres personnes à Turku (sud-ouest de la Finlande). Abderrahman Bouanane a été condamné en juin 2018 à la réclusion à perpétuité pour meurtres et tentative de meurtres à caractère terroriste.