Le retour sanglant du Sentier lumineux

PEROU La guérilla maoïste a tué 19 personnes dont sept civils. L'attaque la plus meurtrière depuis dix ans...

D'après agence
— 
Pérou: craignant des désordres, les autorités ont organisé sous la protection de l'armée des points de distribution de vivres, d'eau et de médicaments provoquant d'énormes files d'attente notamment sur la place d'armes de Pisco, une ville détruite à 70%.
Pérou: craignant des désordres, les autorités ont organisé sous la protection de l'armée des points de distribution de vivres, d'eau et de médicaments provoquant d'énormes files d'attente notamment sur la place d'armes de Pisco, une ville détruite à 70%. — Martin Bernetti AFP

Quelque 19 personnes sont mortes, dont douze soldats et sept civils, jeudi au Pérou, dans la pire attaque des dix dernières années attribuée à la guérilla maoïste du «Sentier lumineux», a déclaré vendredi le commandement commun des Forces armées péruviennes.

Fondée par Abimael Guzman Reynoso, professeur de philosophie à l'université d'Ayacucho, dans les années 1980, la guérilla péruvienne est issue d’une scission du Parti communiste. Elle est inscrite sur la liste des organisations terroristes de l’Union Européenne et des Etats-Unis.

Attaque contre un convoi de l'armée

«Le bilan de l'attaque pour le moment à notre connaissance s'élève à 7 civils tués, ainsi qu'à plusieurs blessés dont des femmes et des enfants et 12 membres de la patrouille militaire sont morts et d'autres ont été blessés», a indiqué le commandement des Forces armées péruviennes dans un communiqué.

L'attaque s'est produite contre un convoi de quatre camions de l'armée qui transportaient des soldats et des civiles près de la vallée du fleuve Ene-Apurimac.

«Il a été pris dans une embuscade de délinquants narco-terroristes du Sentier lumineux dans le district de Tintaypunco, de la province de Tayacaja, du département de Huancavelica» au sud-est du pays, a précisé l'armée dans le communiqué.

Le ministre de la Défense, Antero Flores Aráoz avait un peu plus tôt annoncé à la radio RPP qu'au moins 16 personnes étaient mortes -12 soldats et quatre civils- dans cette attaque.