Algérie: Deux anciens Premiers ministres candidats à la présidentielle

SCRUTIN Alors que les manifestations continuent pour empêcher la tenue du scrutin le 12 décembre, Abdelmadjid Tebboune et Ali Benflis ont annoncé leur candidature

20 Minutes avec AFP
— 
Une manifestation dans les rues d'Alger, le 13 septembre 2019, contre le pouvoir en place.
Une manifestation dans les rues d'Alger, le 13 septembre 2019, contre le pouvoir en place. — Toufik Doudou/AP/SIPA

La course est cette fois bien lancée. Deux anciens Premiers ministres ayant servi sous l’ex-président Abdelaziz Bouteflika, Abdelmadjid Tebboune et Ali Benflis, ont annoncé jeudi leur candidature à la présidentielle en Algérie. Après la démission de Bouteflika en avril, sous la pression conjuguée de la rue et de l’armée, une élection avait été fixée au 4 juillet pour lui trouver un successeur, mais elle avait été annulée faute de candidats. Le pouvoir a ensuite fixé la date du nouveau scrutin au 12 décembre.

Un ancien ministre du Tourisme également candidat

Le mouvement de contestation continue, lui, de rejeter toute élection avant le départ du « système » au pouvoir depuis deux décennies. Mais le scrutin à toutes les chances de se tenir, avec l’arrivée de candidats de poids. Le parti de l’Avant-garde des Libertés a en effet annoncé qu’il présentait comme candidat son chef Ali Benflis, 75 ans, qui a été Premier ministre de 2000 à 2003 sous le premier mandat de Bouteflika. Il avait ensuite été son principal adversaire aux présidentielles de 2004 et 2014.

De son côté, Abdelmadjid Tebboune, 72 ans, a lui-même annoncé aux journalistes qu’il se présenterait à la présidentielle. Il a été Premier ministre pendant trois mois seulement en 2017. Autre candidature : l’ancien ministre du Tourisme, l’islamiste Abdelkader Bengrina, a été le premier la semaine dernière à se déclarer.