Sommet de l’ONU : L’Iran refuse « toute négociation » avec les Etats-Unis « tant qu’il y aura des sanctions »

DISCORDE Le président iranien a déclaré ne pas croire à la sincérité de la volonté de dialogue américaine

20 Minutes avec AFP

— 

Le président iranien Hassan Rohani à l'Assemblée générale de l'ONU.
Le président iranien Hassan Rohani à l'Assemblée générale de l'ONU. — Craig Ruttle/AP/SIPA

Le président iranien Hassan Rohani a déclaré mercredi devant l'Assemblée générale de l'ONU que l’Iran ne négocierait pas avec les Etats-Unis tant qu’ils imposeraient des sanctions contre Téhéran.

« Au nom de ma nation, j’aimerais annoncer que notre réponse à toute négociation tant qu’il y aura des sanctions est négative », a-t-il lancé, alors que Washington vient encore de durcir sa pression économique. Aux Européens qui appelaient à une rencontre entre lui et le président américain Donald Trump, il a répondu : « Les photos souvenir sont la dernière étape d’une négociation, pas la première ».

Pas de tête-à-tête historique

« Plutôt qu’un simulacre de négociations, vous pourriez revenir à la réalité des négociations », a-t-il lancé aux Américains, mettant fin à tout suspense sur la possibilité d’un tête-à-tête historique dès cette semaine à l’ONU.

Le président iranien, dont le discours était très attendu après deux jours d’intenses ballets diplomatiques à New York pour faire retomber la tension qui est à son comble entre Téhéran et Washington, a dit ne pas croire à la sincérité de la volonté de dialogue américaine. « Pour que des pourparlers puissent être engagés, il faut respecter les accords », a-t-il martelé, alors que Donald Trump a claqué la porte en 2018 du pacte international de 2015 sur le nucléaire iranien.

Cet accord censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique « était un minimum pour vous, pour nous », a reconnu Hassan Rohani. « Si vous en souhaitez davantage, vous devez donner davantage. »