Kenya : Des salles de classe s’effondrent dans une école, sept enfants morts et des dizaines de blessés

DRAME L’incident met en lumière le problème des bâtiments construits à la va-vite et avec des matériaux fragiles à Nairobi et dans d’autres villes kényanes

20 Minutes avec agences

— 

Les décombres de l'école de Nairobi, où plusieurs salles de classe se sont effondrées le 23 septembre 2019, causant la mort de sept élèves kényans.
Les décombres de l'école de Nairobi, où plusieurs salles de classe se sont effondrées le 23 septembre 2019, causant la mort de sept élèves kényans. — Khalil Senosi/AP/SIPA

Plusieurs salles de classe se sont effondrées ce lundi matin dans une école primaire de Nairobi, au Kenya. L’accident a tué sept enfants, selon un communiqué du ministère de l’Education publié dans l’après-midi.

Le drame s’est produit vers 7h du matin, au moment où les enfants entraient en cours. Soixante-quatre écoliers ont été hospitalisés, la plupart avec des blessures légères sauf deux nécessitant une « attention accrue », a précisé le ministre George Magoha.

L’école fermée toute la semaine

La Precious Talent Academy, un établissement privé de 800 élèves, comprend une maternelle et une école élémentaire. Dans les minutes suivant le drame, des centaines d’habitants du quartier pauvre de Dagoretti se sont rassemblées autour de l’école, où les sauveteurs fouillaient déjà les décombres à la recherche de survivants.

Des bureaux et des livres étaient éparpillés au milieu des débris du bâtiment, fait de bois et de tôle. En fin d’après-midi, les opérations de recherches ont été levées. L’école restera fermée jusqu’à la fin de la semaine, selon le ministère de l’Education.

Des immeubles souvent mal construits

Après avoir visité le lieu du drame, le ministre de l’Education a annoncé l’ouverture d’une enquête. Selon le député de Dagoretti, le premier étage de l’école se serait effondré sur les enfants présents au rez-de-chaussée. L’incident met en lumière le manque « de réglementation pour les institutions éducatives », a estimé John Kiarie. « Des réglementations qui concernent la construction et la pérennité de ces institutions éducatives. »

Selon un responsable de l’agence nationale chargée de vérifier la conformité des immeubles, l’école n’avait « pas été construite dans les règles ». Plusieurs effondrements d’immeubles ont eu lieu ces dernières années à Nairobi et dans d’autres villes kényanes. La qualité des matériaux et les constructions rapides sont souvent mises en cause. En 2016, 49 personnes sont mortes dans l’effondrement d’un immeuble de six étages à Nairobi.