Chine : Les journalistes des médias d’Etat bientôt soumis à un test de loyauté

PRESSE La carte de presse d'un journaliste ne pourra être renouvelée qu'en cas de succès à cet examen de loyauté

20 Minutes avec agence

— 

Le président chinois Xi Jinping.
Le président chinois Xi Jinping. — Mark Schiefelbein/AP/SIPA

Environ 10.000 journalistes chinois employés par des organes de presse d’Etat vont devoir se soumettre en octobre à un test pilote destiné à évaluer leur loyauté envers le président Xi Jinping. Au total, 14 médias basés à Pékin sont initialement concernés, indique South China Morning Post qui cite une note publiée fin août par le bureau en charge des médias au sein du service de propagande du parti communiste du pays.

L’examen devrait par la suite être étendu à l’ensemble du pays mais aucune date n’a été communiquée quant à cette étape du processus.

Des contenus pour réviser

L’organisme gouvernemental a fait savoir que seuls les journalistes ayant réussi le test de fidélité pourraient voir leur carte de presse renouvelée. En cas d’échec à l’examen, il sera possible de retenter sa chance une nouvelle fois. Dans tous les cas, l’évaluation se fera via Xuexi Qiangguo, une application mobile rassemblant des citations, textes, vidéos et informations diverses sur Xi Jinping.

A compter de ce lundi, le portail proposera également aux journalistes du contenu leur permettant de réviser et de se préparer aux cinq parties thématiques que comportera le test. Au moins deux d’entre elles évalueront les connaissances des candidats sur la pensée politique du président chinois. Une autre portera sur le marxisme.