Liban : Des garde-frontières syriens tirent sur un chasseur libanais, qui succombe à ses blessures

FLOU Abbas Raad et deux autres chasseurs ont été blessés par les tirs, tandis que les deux autres ont été arrêtés par la police des frontières syrienne et placés en garde à vue

20 Minutes avec AFP

— 

La ville de Baalbeck, non loin de la frontière libano-syrienne.
La ville de Baalbeck, non loin de la frontière libano-syrienne. — AFP

Un chasseur libanais a succombé samedi à ses blessures infligées par des tirs de gardes-frontières syriens la veille près de la frontière libano-syrienne, ont indiqué l’agence nationale d’information (ANI) et un correspondant de l’AFP. L’homme est « mort samedi des suites de ses blessures après avoir été visé par des tirs de la police montée à chameau chargée de garder la frontière syrienne », selon l’ANI.

Agé de 55 ans et père de trois enfants, Abbas Raad était accompagné de quatre autres chasseurs, tous originaires de la ville de Baalbeck (nord-est). Certaines zones poreuses, souvent dépourvues de toute présence militaire de part et d’autre, sont empruntées par des chasseurs ou des contrebandiers.

La famille du défunt en Syrie ce samedi

« Ils étaient sur les hauteurs arides du village de Tfeil » à la frontière libano-syrienne au moment de l’incident vendredi, a précisé le correspondant de l’AFP. La famille du défunt se rendra samedi en Syrie pour récupérer la dépouille. Abbas Raad et deux autres chasseurs ont été blessés par les tirs et transportés vers un hôpital en Syrie, tandis que les deux autres ont été arrêtés par la police des frontières syrienne et placés en garde à vue, a-t-il ajouté.

Le Liban et la Syrie, qui partagent une frontière longue de plusieurs centaines de kilomètres, n’ont jamais procédé à un tracé frontalier.