Afrique de l’Ouest: Un sommet pour éviter la propagation du djihadisme

TERRORISME Les attaques des djihadistes dans cette région ont doublé tous les ans depuis 2016 pour atteindre 465 en 2018

20 Minutes avec AFP

— 

Les présidents du Liberia, George Weah (à gauche), et du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kabore, à Ouagadougou le 13 septembre 2019.
Les présidents du Liberia, George Weah (à gauche), et du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kabore, à Ouagadougou le 13 septembre 2019. — AFP

La plupart des présidents des 15 pays de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), élargie à la Mauritanie, au Tchad et au Cameroun, sont à Ouagadougou samedi pour tenter de trouver des solutions à l’avancée djihadiste au Sahel. Ce sommet dédié à « la lutte contre le terrorisme » dans la région intervient alors que « le nombre recensé d’attaques liées aux groupes islamistes dans cette région a doublé tous les ans depuis 2016 pour atteindre 465 en 2018 », soit plus d’une par jour, souligne le groupe de réflexion américain Center for Strategic and International Studies (CSIS).

L’échec de la force G5-Sahel pourtant poussée par la France

« Depuis plusieurs années, nos Etats font l’objet d’attaques terroristes sans précédent. Pour venir à bout du terrorisme dans le Sahel, l’opérationnalisation de la stratégie pour le développement et la sécurité des pays du G5 Sahel s’avère extrêmement impérative et urgente », a affirmé le président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré.

Lors du sommet, les chefs d’Etat devraient « célébrer les funérailles du G5-Sahel », la force multinationale qui devait comprendre 5.000 hommes, estime Lassina Diarra, auteur de La Cédéao face au terrorisme transnational. L’idée de cette force, poussée par la France, était de faire monter en puissance les armées régionales pour épauler, voire à terme remplacer l’armée française, qui conduit au Sahel l’opération Barkhane (4.500 militaires) contre les djihadistes depuis 2014 dans le prolongement de l’intervention menée dans le Nord malien l’année précédente.

Or, aujourd’hui, les résultats sont si minces que même le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a déclaré récemment : « Nous ne sommes pas en train de gagner la guerre au Sahel ». « Quel est le résultat opérationnel du G5 ? Qu’est-ce qu’il a apporté ? Le peu qui a été décaissé a servi en frais de réunion, d’hôtel, de fonctionnement… Le G5 est presque à genoux », renchérit Mahamadou Savadogo, chercheur au Carrefour d’études et de recherche d’action pour la démocratie et le développement (Cerrad), de l’université Gaston-Berger au Sénégal. « La question est légitime », reconnaît Mohamed Bazoum, le ministre de l’Intérieur nigérien qui souligne toutefois les efforts des trois pays les plus concernés, Mali, Burkina et Niger.

Quelque 13 millions de personnes ont besoin d’assistance

Cette semaine, au moins une trentaine de Burkinabés ont été tués dans des attaques. Les conséquences humanitaires sont effroyables. Dans la zone, « 13 millions de personnes ont actuellement besoin d’assistance », a souligné l’organisation Oxfam. Des centaines de milliers de personnes ont dû quitter leur foyer.

Conscient des limites de la force, le président nigérien Mahamadou Issoufou a lui-même appelé en juillet à la formation d’une « coalition internationale » sur le modèle de celle qui a lutté contre le groupe Etat islamique en Irak et en Syrie. « La Minusma (Mission intégrée des Nations unies pour la stabilisation pour le Mali, 13.000 hommes) et le G5-Sahel ne suffisent pas. Nous devons trouver des moyens de coordination plus élargis et plus efficaces », constate le président ivoirien Alassane Ouattara. Chercheurs, responsables politiques, ONG et même soldats s’accordent sur une chose : « La solution ne peut pas être que militaire ».