Brexit : Boris Johnson va rencontrer Jean-Claude Juncker ce lundi à Luxembourg

DISCUSSIONS Il s’agit de la première rencontre entre les deux dirigeants depuis l’arrivée au pouvoir de Boris Johnson, fin juillet

20 Minutes avec AFP
— 
Le Premier ministre britannique Boris Johnson.
Le Premier ministre britannique Boris Johnson. — Daniel Leal-Olivas/AP/SIPA

A l’approche d’échéances cruciales, le Premier ministre britannique Boris Johnson et  le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker doivent se réunir, ce lundi à Luxembourg, pour discuter du  Brexit, ont annoncé Downing street et la Commission européenne, ce vendredi.

Il s’agit de la première rencontre entre les deux dirigeants depuis l’arrivée au pouvoir de Boris Johnson, fin juillet. Ce déjeuner de travail a été organisé d’un « commun accord », a précisé Natasha Bertaud, une porte-parole de la Commission européenne. Il survient alors que le Premier ministre conservateur tente de parvenir à un compromis avec l’UE avant la date prévue du Brexit, le 31 octobre.

« Pas de raisons » d’être optimiste sur les chances de parvenir à un accord de divorce

Boris Johnson rencontrera également le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel. Jeudi, le négociateur en chef de l’Union européenne Michel Barnier a estimé que l’UE n’avait « pas de raisons » d’être optimiste sur les chances de parvenir à un accord de divorce avant un sommet européen les 17 et 18 octobre à Bruxelles.

Boris Johnson s’est déclaré vendredi « prudemment optimiste » sur la possibilité de parvenir à un accord sur le Brexit avec l’Union européenne, évoquant « beaucoup de progrès » avec Bruxelles.

Le Royaume-Uni, un « territoire douanier unique »

L’UE et le Royaume-Uni ne parviennent toujours pas à s’entendre sur la manière d’éviter le rétablissement d’une frontière physique entre l’Irlande, Etat membre de l’UE, et la province britannique d’Irlande du Nord après le Brexit. Londres rejette la solution dite du « filet de sécurité » (ou « backstop »), incontournable aux yeux de Bruxelles faute d’alternative crédible.

Elle prévoit que le Royaume-Uni tout entier reste dans un « territoire douanier unique » avec l’UE si une meilleure solution n’est pas trouvée à l’issue d’une période transitoire. Sur le marché des changes, la livre grimpait de 1 % face au dollar vendredi. Une hausse qui s’explique selon un analyste par le fait que « les investisseurs sont moins effrayés par la possibilité d’un Brexit sans accord ».