La façade de la Maison Blanche à Washington (illustration).
La façade de la Maison Blanche à Washington (illustration). — Carolyn Kaster/AP/SIPA

SPY GAMES

Trump a « du mal à croire » qu’Israël ait espionné la Maison Blanche

Un média américain affirme que l'Etat hébreu a intercepté des communications téléphoniques via un «IMSI-catcher»

Trump ne croit pas une seconde que celui qu’il appelle souvent son « ami Bibi » ait pu l’espionner. Le site Politico a rapporté qu’Israël aurait mis en place en 2017 un système d’interception des communications portables dans la zone autour de la Maison Blanche, au coeur de Washington. « Ces appareils devaient sûrement servir à espionner le président Donald Trump » et ses conseillers, a expliqué un responsable américain cité par le journal.

« Je n’y crois pas. Je ne pense pas que les Israéliens nous espionnaient. J’aurais du mal à y croire », a déclaré le président des Etats-Unis. « Tout est possible mais je n’y crois pas », a-t-il insisté. Israël a vigoureusement nié cette accusation.

IMSI-catcher

Un démenti réaffirmé jeudi par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou, qui a dénoncé une histoire « montée de toutes pièces ». « J’ai une ligne directrice : pas d’espionnage aux Etats-Unis », a-t-il assuré. « Elle est respectée à la lettre, sans exceptions », a-t-il martelé.

Le dispositif «IMSI-catcher », permettant de mettre sur écoute une zone délimitée, est notamment utilisé par la police. Il y a deux ans, plusieurs appareils avaient été découverts à Washington par le ministère américain de la Sécurité intérieure « près d’endroits sensibles comme la Maison Blanche », avait expliqué le gouvernement en mai 2018. Les personnes qui les ont installés n’ont jamais été officiellement identifiées.

Donald Trump a manifesté un soutien sans faille à Israël et à son Premier ministre actuel, allant jusqu’à rompre avec le consensus international et la diplomatie traditionnelle des Etats-Unis en reconnaissant unilatéralement Jérusalem comme capitale d’Israël. « Ma relation avec Israël est excellente », a souligné le milliardaire républicain, rappelant également le retrait américain de l’accord sur le nucléaire iranien, une autre décision fortement appréciée par le gouvernement israélien.