Etats-Unis : Des étudiants achètent en ligne des dissertations réalisées au Kenya ou en Inde

MAGOUILLES Officiellement, ces entreprises fournissent des dissertations qui ne sont censées être utilisées qu'à titre de consultation

20 Minutes avec agence

— 

Des étudiants en fac (illustration).
Des étudiants en fac (illustration). — Agence reportages-press.com

Plusieurs millions d’essais et dissertations rendus par des étudiants aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Australie auraient en réalité été rédigés au Kenya, en Inde ou en Ukraine. Certains élèves décidant en effet de sous-traiter leurs devoirs à l’étranger.

Des sites Internet proposent ouvertement ces services. Les devoirs sont réalisés par des étudiants ou jeunes diplômés de pays où le taux de chômage est important et le prix du travail peu élevé, révèle le New York Times relayé par Slate.

Des tarifs variables

Le prix des prestations est variable. L’une des plateformes facture par exemple 15 dollars par page pour un essai du niveau de première année d’université si la commande est passée deux semaines à l’avance. Le tarif passe à 42 dollars si le travail est à effectuer en urgence. L’envoi de la dissertation est alors garanti sous trois heures. Les rédacteurs les plus productifs peuvent gagner jusqu’à 2.000 dollars par mois (1.800 euros).

Des portails américains offrent également des services de ce type mais pour un coût bien plus élevé. Dans tous les cas, les entreprises agissent tout à fait légalement puisque officiellement, elles commercialisent des devoirs écrits destinés à être utilisés uniquement pour consultation.

Un logiciel de détection développé

« Quel que soit le genre de devoir dont vous avez besoin, il est facile d’embaucher un rédacteur d’essai en toute sécurité et à un prix abordable, promet l’une des plateformes pour promouvoir son service. Ayez plus de temps pour vous-même. »

Contrairement au plagiat, ces petits arrangements sont difficiles à détecter par les outils numériques utilisés par les enseignants. Face à l’ampleur du phénomène, un logiciel baptisé « Authorship Investigate » a néanmoins été développé. Le programme est conçu pour vérifier qu’un devoir est bien l’œuvre d’un étudiant précis en comparant plusieurs éléments, dont le style d’écriture.