Amazonie : Un défenseur des indigènes a été tué par balles au Brésil

MEURTRE Son assassinat aurait été perpétré en raison de son action en faveur de la défense des peuples autochtones d’Amazonie

20 Minutes avec agences

— 

Illustration de la forêt amazonienne.
Illustration de la forêt amazonienne. — JOBARD/COEURS DE NATURE/SIPA

Un Brésilien qui œuvrait pour la défense des peuples autochtones en Amazonie a été tué par balles. L’homme travaillait pour la Fondation de l’Indien (Funai), un organisme public chargé des affaires indigènes, qui a annoncé la triste nouvelle ce lundi.

Maxciel Pereira Dos Santos participait à des missions à Tabatinga, une petite ville située près de la frontière avec le Pérou et la Colombie. Il aurait été tué sous les yeux de sa famille.

Un territoire et des indigènes régulièrement attaqués

Sur son site, l’association Indigenistas Associados, qui regroupe des collaborateurs de la Funai, fait part de différents indices. L’assassinat aurait été perpétré « en raison de son combat contre les pratiques illicites dans le territoire indigène du Vale do Javari ». Maxciel Pereira dos Santos travaillait depuis plus de douze ans pour la Funai dans des missions de « protection et promotion des droits des peuples autochtones ».

Le territoire du Vale do Javari, qui regroupe « le plus grand nombre d’indigènes isolés au monde » selon Indigenistas Associados, est la cible de « braconnage, d’orpaillage et d’exploration illégale de bois ». A quelques kilomètres de Tabatinga, où l’homme a été tué, les représentants de sept pays sud-américains se réunissaient le même jour pour discuter des mesures de préservation de la forêt amazonienne.