Nissan: Le patron de l'entreprise, éclaboussé par un scandale, serait sur le point de quitter ses fonctions

JAPON L’ancien protégé de Carlos Ghosn, qu’il a accusé de tous les maux après son arrestation, avait publiquement reconnu la semaine dernière avoir bénéficié d’une prime excédant ce à quoi il avait droit

20 Minutes avec AFP

— 

Hiroto Saikawa en juillet 2019.
Hiroto Saikawa en juillet 2019. — Jae C. Hong/AP/SIPA

Le patron exécutif de Nissan, Hiroto Saikawa, éclaboussé par une affaire de rétribution indue, a l’intention de quitter prochainement ses fonctions, selon plusieurs médias japonais, alors qu’un conseil d’administration du groupe doit se tenir lundi après-midi.

Hiroto Saikawa aurait fait part de sa décision à plusieurs hauts responsables du groupe. La date de son départ et le nom de son successeur ne sont pas décidés à ce stade, ont notamment indiqué le quotidien économique Nikkei et l’agence de presse Kyodo. Sollicitée lundi par l’AFP, une porte-parole de Nissan n’était pas en mesure de confirmer ces informations dans l’immédiat.

Jugé trop associé à Carlos Ghosn

Le responsable avait publiquement reconnu la semaine dernière avoir bénéficié par le passé d’une prime excédant ce à quoi il avait droit via un dispositif incitatif appelé « share appreciation rights » (SAR). Il avait pu empocher une somme plus rondelette que celle initialement prévue en différant la date d’exercice de ce bonus en numéraire réservé aux dirigeants, correspondant à une plus-value liée à la hausse de l’action de l’entreprise sur une période donnée.

Ces révélations sont contenues dans un audit interne qui doit être présenté lundi après-midi aux membres du conseil d’administration de Nissan, qui se réuniront au siège du partenaire de Renault à Yokohama, près de Tokyo. Hiroto Saikawa avait tenté de se justifier en indiquant que cette plus-value dont il avait bénéficié provenait des systèmes mis en place par Carlos Ghosn, qu’il a accusé de tous les maux juste après son arrestation le 19 novembre dernier à Tokyo sur des soupçons de malversations financières.

En novembre dernier, Carlos Ghosn, alors PDG de Renault, président de Nissan et patron de l’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, a été arrêté au Japon puis inculpé pour malversations financières. Libéré sous caution, il prépare actuellement son procès, lequel pourrait s’ouvrir au printemps prochain selon ses avocats. Hiroto Saikawa, 65 ans, était déjà en sursis ces derniers mois : des actionnaires de Nissan réclamaient notamment son départ, le jugeant trop associé à Carlos Ghosn, dont il fut longtemps le protégé et à qui il devait sa nomination en tant que directeur général de Nissan en 2017.