Cigarette électronique : Cinq décès aux Etats-Unis, 450 malades

VAPOTAGE Les causes ne sont pas encore certaines, mais les poumons pourraient être sévèrement endommagés par un vapotage à haute température

J.-L.D. avec AFP

— 

Une cigarette électronique de la start-up américaine Juul (illustration).
Une cigarette électronique de la start-up américaine Juul (illustration). — CraigMitchelldyer/AP/SIPA

Au moins cinq personnes sont mortes après avoir utilisé des cigarettes électroniques aux Etats-Unis, ont annoncé les autorités sanitaires vendredi, le nombre de malades frappés par de graves difficultés respiratoires ayant doublé pour atteindre 450 dans le pays.

Les enquêteurs fédéraux n’ont pas précisé quelles marques ou substances dans les liquides des cigarettes électroniques étaient susceptibles d’avoir causé les problèmes respiratoires observés. Mais un dénominateur commun fréquent des malades est qu’ils avaient vapoté des produits contenant du THC, la substance active du cannabis.

En attente d’analyses plus complètes

Un possible lien a été établi entre certains malades et une huile de vitamine E, qui se consomme normalement en gélule ou en huile pour la peau. La vaporisation à haute température de cet additif pourrait avoir endommagé les poumons des vapoteurs.

Mais les responsables sanitaires de l’Etat fédéral ont appelé à la prudence dans l’attente d’analyses plus complètes. « Aucune substance ou molécule unique, dont l’acétate de vitamine E, n’a été identifiée dans l’ensemble des échantillons analysés », a insisté Mitch Zeller, directeur du centre pour le tabac de la Food and Drug Administration, qui teste au niveau national les produits impliqués.

Des problèmes respiratoires apparaissant subitement

« Nous n’avons pas encore toutes les réponses », a renchéri Ileana Arias, responsable des maladies non infectieuses aux Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC). Par mesure de précaution, les CDC recommandent dans l’immédiat de ne pas utiliser de cigarettes électroniques, quelles qu’elles soient.

Les problèmes respiratoires sont d’autant plus choquants qu’ils apparaissent subitement, chez des patients souvent jeunes et sans problème de santé. Dans l’Illinois, la moitié des malades avait moins de 19 ans.

Des poumons inutilisables

Les symptômes correspondaient souvent à une pneumonie lipidique, qu’on observe quand des huiles pénètrent les poumons.

Sean Callahan, pneumologue à l’hôpital de l’université de l’Utah, a traité l’un de ces malades en juillet, âgé de 20 ans. La détresse respiratoire était telle que le jeune homme a dû être placé plus d’une semaine dans une machine qui oxygène le sang du patient hors de son corps, tant ses poumons n’arrivaient plus à fonctionner.

Des marques noires

« Je n’avais jamais vu cela auparavant », a raconté le docteur Callahan. « D’habitude, les malades qui ont besoin de cette machine ont des formes très avancées de grippe ou de pneumonie, ou bien ils ont des systèmes immunitaires affaiblis à cause d’un cancer ou d’une chimiothérapie ».

Le jeune homme s’en est finalement sorti et est rentré chez lui, mais n’est pas à l’abri d’éventuelles séquelles.

Quant à la piste de la vitamine E, les autorités de New York ont publié des photos des recharges impliquées : elles ont des emballages très colorés sous le nom de Dank Vapes, une « marque » qui ne correspond apparemment à aucune entreprise légitime mais se distribue dans la rue et sur Internet.