Salvador : Le parquet fait appel de l’acquittement de la jeune femme qui avait perdu son bébé

JUSTICE La jeune femme,  jugée pour homicide après avoir perdu son bébé, avait été acquittée

20 Minutes avec AFP

— 

Salvadorean rape victim Evelyn Hernandez (C) celebrates with her lawyers after being cleared of murder after giving birth to a stillborn baby at home in 2016, at Ciudad Delgado's court in San Salvador on August 19, 2019. - El Salvador has an extremely strict abortion ban. (Photo by Oscar Rivera / AFP)
Salvadorean rape victim Evelyn Hernandez (C) celebrates with her lawyers after being cleared of murder after giving birth to a stillborn baby at home in 2016, at Ciudad Delgado's court in San Salvador on August 19, 2019. - El Salvador has an extremely strict abortion ban. (Photo by Oscar Rivera / AFP) — OSCAR RIVERA/ AFP

La jeune femme avait été acquittée le 19 août, alors que l’accusation avait réclamé 40 ans de prison à son encontre. Le parquet général vient finalement de décider de faire appel de l’acquittement d’Evelyn Hernandez, 21 ans, jugée pour homicide après avoir perdu son bébé, au Salvador. Pays où la législation anti- IVG est l’une des plus strictes du monde.

« Un recours en appel » a été déposé afin que la responsabilité pénale d’Evelyn Hernandez soit examinée en deuxième instance pour « l’homicide de son bébé », a indiqué le procureur général dans un communiqué.

Un « homicide aggravé », puni de 30 à 50 ans de prison

Le code pénal salvadorien prévoit une peine de deux à huit ans de prison pour les cas d’avortement. Mais, dans les faits, les juges considèrent toute perte du bébé comme un « homicide aggravé », puni de 30 à 50 ans de réclusion.

« Cet appel est la manifestation de la protection légale du bien juridique principal, qui est la vie d’un être sans défense qui dépend absolument du soin de sa mère », ajoute le parquet.

Pour l’avocate de la Salvadorienne, « c’est une honte »

« C’est une honte qu’ils insistent à poursuivre pénalement une femme sans preuves qu’elle ait commis ce délit », a réagi une des avocates de la jeune femme, Bertha Maria Deleon.

L’affaire remonte au 6 avril 2016, lorsque la jeune femme, alors adolescente, donne naissance à un bébé dans des toilettes. Transférée à l’hôpital de la ville de Cojutepeque (centre), elle est arrêtée et accusée d’homicide. Evelyn Hernandez a toujours protesté de son innocence et assuré que son bébé était mort-né.