Etats-Unis: L'ex-PDG de Starbucks renonce à se présenter à la présidentielle 2020 pour barrer la route à Trump

ELECTIONS Howard Schultz a reconnu que sa candidature pouvait ôter des voix aux démocrates et permettre ainsi l’élection de Donald Trump

20 Minutes avec AFP

— 

Howard Schultz, le 1er février 2019 à Seattle.
Howard Schultz, le 1er février 2019 à Seattle. — Ted S. Warren/AP/SIPA

Il voulait se présenter seul, sans parti face aux candidats Démocrate et Républicain. Howard Schultz, l’ancien patron de Starbucks, qui envisageait « sérieusement » de se présenter en tant que candidat indépendant à l’élection présidentielle américaine de 2020, a annoncé ce vendredi qu’il jetait l’éponge.

« J’ai conclu qu’une campagne indépendante pour la Maison blanche n’était pas la meilleure manière pour moi de rendre service à mon pays », a-t-il écrit sur une lettre publiée sur son site Internet. Se présentant comme un démocrate modéré, le milliardaire Howard Schultz critiquait ce qu’il considérait comme un virage à gauche du parti démocrate.

Un risque d’empiéter sur les voix des Démocrates

Mais « si je continue, il y a un risque que mon nom soit sur les bulletins de vote même si un démocrate modéré remporte la nomination, et ce n’est pas un risque que je suis prêt à prendre » a détaillé vendredi ce fils de routier, issu d’un quartier défavorisé de New York. « La nomination d’un candidat démocrate de gauche radicale pourrait donner plus de voix à Trump », a-t-il cependant mis en garde dans sa lettre.

De nombreuses critiques lui reprochaient cette volonté de candidature indépendante, assurant qu’elle bénéficierait, in fine, à Donald Trump puisqu’elle « volerait » des voix au candidat démocrate qui défiera le milliardaire républicain. Une telle candidature « pourrait faire réélire un président dangereux comme personne », a reconnu Howard Schultz. « Les gens ont peur que quatre années de plus de l’administration Trump ne posent plus de problème pour notre démocratie que quatre années de plus de dysfonctionnement politique ».

Etats-Unis: Starbucks ne veut plus de clients armés dans ses cafés