Brexit : Les députés britanniques votent pour un report de la sortie de l’UE et contre des élections anticipées

ROYAUME-UNI En réaction au premier vote des députés, Boris Johnson avait soumis une motion pour des élections anticipées le 15 octobre 

Manon Aublanc

— 

Le Parlement britannique lors du vote sur l'accord du Brexit, le 15 janvier 2019.
Le Parlement britannique lors du vote sur l'accord du Brexit, le 15 janvier 2019. — Mark DUFFY / AFP / UK PARLIAMENT

Lourde défaite pour Boris Johnson. Les députés britanniques ont adopté une loi demandant le report du Brexit, pour empêcher une sortie sans accord de l’Union européenne le 31 octobre.

Le texte a été voté avec 327 voix pour et 299 contre en troisième et dernière lecture. Boris Johnson, qui s’est dit prêt à mettre en œuvre le Brexit « coûte que coûte »​, avait alors soumis aux députés britanniques une motion pour des élections générales anticipées le 15 octobre. « Le gouvernement ne peut pas continuer à fonctionner si la Chambre des communes refuse d’adopter ce que le gouvernement propose, a affirmé Boris Johnson. Il doit maintenant y avoir une élection le mardi 15 octobre ». Une demande rejetée par les députés dans la soirée mercredi.

Boris Johnson accuse les députés de « saboter » ses négociations

Farouchement opposé à tout nouveau report, Boris Johnson a accusé les députés de « saboter » les négociations qu’il dit mener avec l’Union européenne. Avec ces élections anticipées, il espérait obtenir une nouvelle majorité pour soutenir sa stratégie sur le Brexit avant le conseil européen des 17 et 18 octobre.

Cette tentative a été jugée « cynique » par le chef du Labour, principal parti d’opposition, Jeremy Corbyn.

La motion avait peu de chances d’aboutir

Pour être adoptée, la motion gouvernementale devait recueillir les deux tiers des voix, or elle n’a finalement obtenu que 298 voix. Sans surprise : le texte avait peu de chances d’être adopté puisque le Labour avait d’ores et déjà prévenu qu’il le rejetterait, préférant d’abord s’assurer que la proposition de loi destinée à repousser le Brexit soit votée.

En outre, le Premier ministre a perdu mardi la majorité absolue à la Chambre : un député a fait défection et 21 autres ont été exclus du parti pour avoir voté avec l’opposition en vue de lui forcer la main sur le Brexit.