Algérie: Les étudiants manifestent contre la tenue d'une présidentielle

ALGERIE Ils rejettent tout scrutin organisé par les proches de l'ancien président Abdelaziz Bouteflika

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation contre le gouvernement à Alger, le 30 août 2019.
Manifestation contre le gouvernement à Alger, le 30 août 2019. — TOUFIK DOUDOU/AP/SIPA

Plusieurs centaines d’étudiants ont manifesté mardi à Alger contre la tenue d’une élection présidentielle, réclamée la veille par le chef d’état-major de l’armée algérienne. « Pas de vote », ont scandé les étudiants, accompagnés d’enseignants et de simples citoyens pour cette manifestation qui se tient pour la 28e semaine consécutive.

Le président par intérim Abdelkader Bensalah et le Premier ministre Noureddine Bedoui « doivent dégager », ont-ils martelé dans les rues d’Alger. « Pas d’élections avec les bandes de mafieux », ont-ils aussi crié, rejetant tout scrutin organisé par les proches de l’ancien président Abdelaziz Bouteflika, qui a démissionné le 2 avril sous la pression d’un mouvement de contestation inédit, le « Hirak ».

« Un Etat civil, pas un Etat militaire »

Lundi, le chef d’état-major de l’armée, le général Ahmed Gaïd Salah, a réclamé que le décret de convocation de l’élection présidentielle soit publié le 15 septembre, ce qui permettrait au scrutin de se tenir avant la fin de l’année. Depuis la démission de l’ex-président Bouteflika, le haut commandement de l’armée, longtemps titulaire du « pouvoir réel » en Algérie, a repris de facto les commandes du pays. Il refuse toute autre solution de sortie de crise qu’un scrutin présidentiel.

Les étudiants se sont rassemblés sur la Place des Martyrs, vaste esplanade en contrebas du quartier de la Casbah, avant de défiler jusqu’à la Grande poste, bâtiment emblématique de la contestation qui agite l’Algérie depuis le 22 février. A Alger et dans plusieurs autres villes du pays, selon les médias et réseaux sociaux, ils ont également réclamé « un Etat civil, pas un Etat militaire ».