Etats-Unis: Le Pentagone débloque 3,6 milliards de dollars pour le mur de Trump

FINANCEMENT C'est le coût pour une portion de 280 km au Texas, en Arizona et en Californie

20 Minutes avec AFP
— 
Donald Trump inspecteune portion du mur à Calexico, une ville californienne frontalière du Mexique, le 5 avril 2019.
Donald Trump inspecteune portion du mur à Calexico, une ville californienne frontalière du Mexique, le 5 avril 2019. — Jacquelyn Martin/AP/SIPA

Ça fait cher le kilomètre. Le Pentagone a annoncé mardi avoir débloqué 3,6 milliards de dollars pour financer la construction de 280 km de mur à la frontière mexicaine, à la demande du président Donald Trump.

Pour débloquer ces fonds, le ministère américain de la Défense a décidé de « reporter » 127 projets de construction et de modernisation des locaux militaires aux Etats-Unis et à l’étranger prévus dans son budget 2019, a indiqué à la presse un porte-parole du ministère, Jonathan Hoffman.

Le ministre de la Défense Mark Esper « a décidé que ces projets de construction sont nécessaires pour soutenir l’usage des forces armées et le ministère de la Défense va donc mener 11 projets de construction militaire de barrière frontalière », a déclaré le porte-parole lors d’un point de presse. « La longueur totale (…) est de 175 miles », a précisé le responsable des affaires de sécurité intérieure au Pentagone, Kenneth Rapuano. Il a précisé qu’il s’agit de renforcer des segments de barrière frontalière déjà existants mais considérés comme insuffisants, ainsi que de construire de nouveaux segments. Les zones considérées sont notamment situées près de Yuma (Arizona), El Centro et San Diego (Californie), Laredo et El Paso (Texas).

« Satisfaire son ego »

Le général Andrew Poppas, directeur des opérations à l’état-major américain, a assuré que la construction de ces pans de mur frontalier permettrait de réduire le nombre des 5.000 militaires américains déployés à la frontière mexicaines à la demande de Donald Trump, qui souhaite endiguer une vague d’immigration en provenance d’Amérique latine.

Les projets de construction militaire reportés n’ont pas été décrits à la presse, le Pentagone souhaitant informer d’abord les élus des Etats concernés par les 127 projets, mais les élus du Congrès ont très rapidement réagi à cette annonce.

Parmi les projets affectés figure notamment un bâtiment de la prestigieuse académie militaire de West Point, a indiqué le leader des démocrates au Sénat, Chuck Schumer. « C’est une gifle pour les forces armées qui servent notre pays », a-t-il tweeté. Le président Donald Trump est « prêt à cannibaliser des fonds militaires déjà alloués pour satisfaire son ego et pour un mur qu’il a promis que le Mexique paierait », a-t-il ajouté.