Boris Johnson est le nouveau Premier ministre britannique.
Boris Johnson est le nouveau Premier ministre britannique. — Yiannis Alexopoulos / SOPA Image/SIPA

ACCORD

Brexit : Bruxelles n’a toujours pas reçu « de proposition concrète » de Londres

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a plusieurs fois répété que son pays quittera l’UE avec ou sans accord le 31 octobre

La perspective d’un divorce sans accord reste « une possibilité très claire », a estimé la Commission européenne, ce mardi, précisant que le Royaume-Uni n’avait toujours pas fait de « proposition concrète » pour sauver l’accord sur le Brexit.

« Nous avons des discussions au niveau technique » avec Londres, mais « à ce stade, je ne peux pas faire état de propositions concrètes qui ont été faites et que nous avons vues », a déclaré une porte-parole de l’exécutif européen lors du point presse quotidien. Le scénario d’un départ sans accord du Royaume-Uni – ou « no deal » – le 31 octobre est désormais « une possibilité très claire », a-t-elle ajouté.

Pas de renégociation du « backstop »

Ces commentaires interviennent au moment où le Premier ministre britannique Boris Johnson répète que son pays quittera l’UE avec ou sans accord le 31 octobre, ce que certains députés britanniques tentent d’éviter. David Frost, conseiller de Boris Johnson sur l’UE, est attendu à Bruxelles mercredi pour des discussions au niveau technique.

Le Royaume-Uni et l’UE ne parviennent pas à s’entendre sur la question cruciale du filet de sécurité irlandais, ou « backstop », que Boris Johnson veut supprimer. Ce dispositif vise à empêcher une frontière entre l’Irlande du Nord, province britannique, et la République d’Irlande, membre de l’UE. Londres devait présenter de nouvelles propositions pour remplacer le « backstop », mais à ce jour, nul ne les a vues. Et le négociateur de l’UE Michel Barnier exclut de renégocier cette disposition.

Faire face à un Brexit sans accord

« Ce dont nous discutons maintenant, ce sont des arrangements alternatifs au "filet de sécurité". Et ce dont nous avons besoin, c’est d’une formulation concrète, de propositions concrètes qui soient compatibles avec l’accord de sortie », a insisté ce mardi la porte-parole de la Commission.

La Commission européenne prévoit de discuter ce mercredi des derniers échanges avec le gouvernement britannique, ainsi que des préparatifs pour faire face aux conséquences d’un Brexit sans accord, que craignent les milieux économiques.