Le patron de Porsche préfère les bistrots aux actions

CRISE Et du coup il n'est pas touché par la tourmente des marchés financiers...

Avec agence

— 

Le patron du groupe automobile allemand Porsche, Wendelin Wiedeking, s'est redit prêt mardi à augmenter sa part dans Volkswagen, tout en invitant le premier constructeur automobile européen à être prêt à se remettre en question pour rester compétitif.
Le patron du groupe automobile allemand Porsche, Wendelin Wiedeking, s'est redit prêt mardi à augmenter sa part dans Volkswagen, tout en invitant le premier constructeur automobile européen à être prêt à se remettre en question pour rester compétitif. — John Macdougall AFP

Le patron du groupe allemand Porsche, Wendelin Wiedeking, affirme dans la presse allemande être personnellement épargné par la crise financière, n'ayant jamais été détenteur d'actions et préférant investir dans les troquets.

«Je n'ai encore jamais eu d'actions», déclare le patron le mieux payé d'Allemagne dans le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung. «Je suis plus pour les affaires du réel», a-t-il ajouté, affirmant préférer placer sa fortune dans l'immobilier, les jeunes entreprises et même... dans les bistrots.

Wendelin Wiedeking affirme avoir réalisé un rêve en faisant l'acquisition d'un troquet dans sa commune d'Ahlen en Rhénanie du nord-Westphalie (ouest): «Le café marche très bien, je peux le recommander à tous: bonne cuisine, bonne bière et justes prix».