Palin répond à l'interview une semaine après... Ne votez pas, ça sert à rien...

USA 2008 Le journal de l'Amérique qui se cherche un président, J-32...

La rédaction à Paris, New York et Los Angeles

— 

Les candidats à la vice-présidence des Etats-Unis, Joe Biden et Sarah Palin ont sauvé l'essentiel jeudi en évitant toute gaffe majeure lors de leur débat télévisé, le démocrate apparaissant solide sur les dossiers économiques et internationaux tandis que la républicaine jouait sur la carte de la séduction et de la spontanéité.
Les candidats à la vice-présidence des Etats-Unis, Joe Biden et Sarah Palin ont sauvé l'essentiel jeudi en évitant toute gaffe majeure lors de leur débat télévisé, le démocrate apparaissant solide sur les dossiers économiques et internationaux tandis que la républicaine jouait sur la carte de la séduction et de la spontanéité. — Don Emmert AFP
Le journal de l'Amérique qui se cherche un président

Vendredi 3 octobre (J - 32)


On refait l'interview
Vous savez, celle de Sarah Palin avec Katie Couric, dont on était un peu obligé de parler chaque jour. En fait, on a tout faux. Si Palin n'a pas su donner de décision de la Cour suprême, ou d'exemple de McCain oeuvrant pour moins de dérégulation, ou même dire quels journaux elle lisait... Ce n'est pas parce qu'elle ne savait pas. Non, elle était juste "ennuyée/agacée" par les questions de Couric et a choisi de ne pas répondre. Elle aurait voulu faire les questions, en fait, et pouvoir parler de combien de dollars Obama va dépenser, par exemple.
Aujourd'hui sur Fox News, on a donc appris qu'elle lisait The Economist, et qu'elle était en désaccord avec plusieurs décisions précises de la Cour suprême. La semaine prochaine, on refait le débat?


L’audience, grand vainqueur du débat

Si les médias américains donnent plutôt la victoire à Joe Biden pour sa précision, Glen Beck, commentateur conservateur, est fou de rage. «Il y a un tel décalage entre les médias et la perception de l’opinion que bientôt le public va marcher sur New York avec des torches à la main», prédit-il. Ce qui ne souffre d’aucune contestation, c’est le succès pour l’audience: quasi 70 millions, soit 20 de plus qu'Obama/McCain la semaine dernière. Record absolu pour des VP (mais à 10 millions de celui entre Reagan et Carter)

 
Soirée débat un peu spéciale
Dans un bar, on regarde plutôt du foot ou du basket. Mais le propriétaire d’un pub de Washington organisait une soirée spéciale débat. Chaque client choisissait un mot. Et dès qu’un candidat le prononçait, il avait droit à un Jello shot pour un dollar. Ceux qui ont opté pour «Wall Street» ou «maverick» ne se souviennent probablement donc de rien.
 
Obama, Palin, et l’emploi

Toute mauvaise nouvelle pour l’économie américaine est-elle une bonne nouvelle pour Obama? Revenant sur les attaques de Sarah Palin contre un plan démocrate qui serait destructeurs pour l’emploi», il ironise ce vendredi: «Je me demande si elle a allumé sa télé ce matin». Ce qu’elle y aurait entendu? Que 159.000 emplois ont été détruits en septembre. Le pire chiffre mensuel en 5 ans.

 
Palin regrette que McCain laisse tomber le Michigan

Hier, McCain décidait que l’Etat était perdu et qu’il valait mieux concentrer les ressources ailleurs. Ce matin, Sarah Palin disait en interview: «Je lui ai envoyé un mail demandant ‘Oh come on, est-ce vraiment inévitable’» et elle se dit prête à aller faire campagne là-bas.

Obama le dit avec des fleurs
Sur la route en Pennsylvanie, Obama a fait arrêter le cortège pour un stop chez Penny’s Flower. Ce soir, il fête son 16e anniversaire de mariage avec Michelle. Un «dîner romantique» est prévu à Chicago.
 
Ne votez pas, ça sert à rien

Depuis plusieurs jours, Hollywood se mobilise pour inciter les gens à voter. Dans un spot, Léonardo DiCaprio, Halle Berry, Forrest Whitaker et plein d’autres la jouent «reverse pyschology»: «Ne votez pas, ça sert à rien. L’économie est déjà foutue, j’en ai rien à secouer», peut-on notamment entendre. Dans certains Etats, la deadline pour s’inscrire, c'est demain.