Etats-Unis : Une dizaine de morts suspectes dans un hôpital pour anciens combattants

SANTE Les investigations ont débuté en juillet 2018 après que des médecins eurent signalé des taux de sucre très bas chez huit patients sans raison médicale

20 Minutes avec AFP

— 

Les autorités américaines enquêtent sur une dizaine de morts suspectes survenues dans un hôpital pour anciens militaires.
Les autorités américaines enquêtent sur une dizaine de morts suspectes survenues dans un hôpital pour anciens militaires. — SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Une enquête a été ouverte après les morts suspectes d’une dizaine de personnes dans un hôpital américain pour anciens militaires, a indiqué le ministère des Anciens combattants, ce vendredi. Deux décès ont, par ailleurs, été requalifiés en homicides après des autopsies ayant révélé des piqûres d’insuline inexpliquées.

Les autorités américaines enquêtent « sur de possibles actes répréhensibles ayant entraîné la mort de patients dans le centre médical Louis A. Johnson à Clarksburg, en Virginie Occidentale », a annoncé l’inspecteur général du ministère des Anciens combattants dans un communiqué.

Des taux de sucre très bas chez huit patients sans raison médicale

« Il semble qu’ils aient été victimes d’un crime », a ajouté sur Fox News le secrétaire aux Anciens combattants Robert Wilkie en espérant la conclusion rapide de l’enquête.

D’après le sénateur local Joe Manchin, les investigations ont débuté en juillet 2018 après que des médecins eurent signalé des taux de sucre très bas chez huit patients sans raison médicale. Elles se concentrent sur une personne qui n’est plus en contact avec les patients de l’hôpital.

Des injections d’insuline inexpliquées

Des autopsies ont été menées l’hiver dernier sur au moins deux patients décédés à un jour d’intervalle en avril 2018. Elles ont révélé que les deux octogénaires avaient succombé à des injections d’insuline dont ils n’avaient pas besoin et leurs morts ont été requalifiées en homicides, selon les médias locaux.

L’insuline, nécessaire au traitement du diabète, est dangereuse pour les personnes non affectées par cette maladie car elle fait chuter le taux de glucose dans le sang et peut entraîner un coma, voire la mort.