VIDEO. Hong Kong: Des leaders de la contestation et des parlementaires pro-démocratie arrêtés

CRISE La situation est de plus en plus tendue entre la police et les manifestants

20 Minutes avec AFP

— 

Agnès Chow et Joshua Wong, les leaders de la contestation, ont été arrêtés.
Agnès Chow et Joshua Wong, les leaders de la contestation, ont été arrêtés. — Kin Cheung/AP/SIPA

Où sont passés les leaders du mouvement pro-démocrate à Hong Kong ? Selon leur parti, plusieurs figures de la protestation hongkongaise et trois parlementaires pro-démocratie ont été arrêtées ce vendredi, alors que la ville se prépare à un nouveau week-end de manifestations, pourtant interdites par la police.

Deux des grandes figures de ce mouvement, Joshua Wong et Agnes Chow, tous deux âgés de 22 ans et très populaires au sein de la contestation actuelle, ont été arrêtées ce vendredi, a annoncé leur parti. « Notre secrétaire général@joshuawongcf vient d’être arrêté ce matin vers 07h30 », a tweeté le parti Demosisto. « Il a été poussé de force dans un monospace banalisé, dans la rue, en plein jour. Nos avocats suivent désormais le dossier. » Agnes Chow a été interpellée à son domicile, selon le parti.

Arrêté en montant dans l’avion

La police s’est bornée à annoncer l’arrestation de deux personnes de 22 ans, en ne les désignant que par leur nom de famille, Wong et Chow, et en les accusant notamment d’en « inciter d’autres à participer à un rassemblement non autorisé ». Le site Hong Kong Free Press a fait état de son côté de l’arrestation jeudi soir du militant indépendantiste Andy Chan. Le fondateur du Parti national (HKNP), minuscule formation indépendantiste interdite par les autorités en 2018, a été interpellé alors qu’il était sur le point d’embarquer dans un vol à destination du Japon, selon Hong Kong Free Press qui cite un porte-parole de la police.

Deux manifestants âgés de 19 et 25 ans, à Hong Kong, le 25 août 2019.
Deux manifestants âgés de 19 et 25 ans, à Hong Kong, le 25 août 2019. - AFP

Deux parlementaires pro-démocratie ont également été arrêtés, ce vendredi, a indiqué leur parti Passion civique, portant à 3 le nombre de députés interpellés dans une tentative, selon des associations, de museler l’opposition après l’interdiction d’une grande manifestation samedi. Au Nok-hin et Jeremy Tam ont été interpellés pour obstruction à la police, a indiqué le parti sur sa page Facebook. Auparavant vendredi, et pour la première fois depuis le début en juin de la mobilisation, un député, Cheng Chung-tai, avait aussi été arrêté, selon son parti Passion civique.

L’exécutif hongkongais peine à répondre à la crise

Ce coup de filet intervient alors que l’exécutif hongkongais peine à répondre à la crise politique et à un mouvement de contestation inédit qui se caractérise aussi par une créativité sans précédent quant à ses modes d’action. D’autant plus qu’un nouveau rassemblement massif est prévu samedi pour marquer le cinquième anniversaire du refus par Pékin d’organiser des élections au suffrage universel dans la ville. Décision qui fut le déclencheur du « Mouvement des parapluies », marqué par 79 jours d’occupation du cœur financier et politique de Hong Kong.

Mais la police a invoqué des raisons de sécurité et interdit cette manifestation, mesure radicale qui pourrait au contraire déclencher de nouveaux heurts avec des militants radicaux prêts à en découdre. Une manifestation pourtant convoquée par le Front civil des droits de l’homme (FCDH), une organisation non violente qui a été à l’origine des plus grands rassemblements de ces derniers mois. En particulier celui du 18 août qui avait réuni 1,7 million de personnes selon les organisateurs, sans aucun débordement. Dans une lettre au FCDH, la police dit redouter que certains participants commettent des « violences » ou des « actes de destruction ». Le Front a déposé un recours contre l’interdiction.

L’armée chinoise prête à intervenir

Vendredi matin, un de ses chefs de file, Jimmy Chan, a annoncé que l’appel à manifester serait retiré si l’interdiction était confirmée, et ce pour ne pas envenimer la situation. Dimanche, la police avait déployé des canons à eau et même effectué pour la première fois un tir de sommation avec une arme à feu lors d’une manifestation autorisée qui avait dégénéré. L’armée chinoise, qui n’a en principe pas à intervenir à Hong Kong, mais qui compte une garnison dans la ville, a adressé jeudi un nouvel avertissement en procédant devant des caméras à la relève de ce détachement de milliers de militaires.

Plus de 850 personnes ont été interpellées depuis le début de la mobilisation. Le mouvement a depuis considérablement élargi ses revendications, qui renvoient toutes à la dénonciation d’un recul des libertés et de l’ingérence grandissante de la Chine dans les affaires de la région semi-autonome, en violation du principe « Un pays, Deux systèmes » qui avait présidé à la rétrocession.