Les Etats-Unis maintiendront 8.600 soldats en Afghanistan après l'accord de paix avec les talibans

ARMEE Donald Trump a annoncé qu’une fois l’accord de paix signé, les Américains devraient laisser 8.600 soldats en Afghanistan

20 Minutes avec AFP

— 

Des soldats américains à la base de Bagram en Afghanistan en septembre 2002. Donald Trump a annoncé que 8.600 soldats américains resteraient en Afghanistan en cas d'accord de paix.
Des soldats américains à la base de Bagram en Afghanistan en septembre 2002. Donald Trump a annoncé que 8.600 soldats américains resteraient en Afghanistan en cas d'accord de paix. — AFP

La paix, mais pas de départ sec. Les Etats-Unis vont maintenir 8.600 soldats en Afghanistan une fois que l’accord de paix, actuellement négocié avec les talibans pour mettre fin à 18 ans de guerre, sera signé, a annoncé ce jeudi le président américain Donald Trump.

« On va réduire nos effectifs à 8.600 et ensuite on verra à partir de là », a déclaré l’élu républicain lors d’une interview à Fox News. « Nous allons toujours avoir une présence » en Afghanistan​, a-t-il ajouté. Le président américain a insisté sur le fait que le retrait ne serait pas total, avec le maintien d’une force capable de fournir « des renseignements de haut niveau ». « Il faut maintenir une présence », a-t-il dit.

Intervention en 2001

Entre 13.000 et 14.000 militaires américains sont actuellement déployés dans ce pays où les Etats-Unis sont intervenus en 2001 pour traquer le réseau djihadiste Al-Qaida, responsable des attentats du 11-Septembre​, et déloger les talibans alors au pouvoir à Kaboul.

Depuis, les talibans n’ont jamais cessé leur insurrection et les forces américaines ont atteint jusqu’à 98.000 soldats au plus fort des combats, en 2011. Le milliardaire républicain a également assuré qu’en cas de nouvelle attaque contre les Etats-Unis ourdie depuis l’Afghanistan, Washington reviendrait « avec une force » plus importante « que jamais auparavant ».

Tourner la page de cette « guerre sans fin »

Donald Trump s’est engagé à tourner la page de cette « guerre sans fin ». Les Etats-Unis mènent depuis un an des négociations directes inédites avec les talibans, qui sont entrées dans leur dernière ligne droite à Doha, au Qatar.

Au cœur de l’accord négocié, un retrait militaire plus ou moins important des Américains, avec un calendrier à la clé, en échange de l’engagement des insurgés à faire en sorte que les territoires qu’ils contrôlent ne soient plus utilisés par Al-Qaida ou d’autres groupes « terroristes ».

Des négociations de paix interafghanes doivent aussi s’ouvrir dans la foulée d’un éventuel accord entre Washington et les talibans.