Mexique: Au moins 28 morts dans l'incendie criminel d'un bar

FAITS DIVERS Selon les médias locaux, l'incendie s'est déclaré lorsque des attaquants ont fait irruption dans le bar et ont lancé des cocktails molotov

20 Minutes avec AFP
— 
La police fédérale au Mexique. (Photo illustration).
La police fédérale au Mexique. (Photo illustration). — Eduardo Verdugo/AP/SIPA

Au moins 28 personnes ont été tuées et 9 blessées dans l’incendie criminel d’un bar de strip-tease de la ville de Coatzacoalcos, dans  l'Etat mexicain de Veracruz , a annoncé mercredi le bureau du procureur.

Huit hommes ont fait irruption dans la nuit de mardi à mercredi au « Caballo blanco » (Cheval blanc), établissement nocturne de cette cité portuaire mexicaine, connue pour son industrie pétrolière, ont indiqué des témoins. Selon certains d’entre eux, ils ont tiré sur les clients et mis le feu à l’établissement à l’aide de cocktails Molotov. D’autres affirment que les agresseurs ont versé de l’essence avant d’incendier le bar.

Un incendie déclenché par des cocktails molotov

Huit femmes se trouvent parmi les victimes, a ajouté le procureur en indiquant qu’une enquête avait été ouverte par le parquet de Veracruz, une des régions les plus touchées par la violence liée au trafic de drogue.

Les familles des employés sont vite arrivées sur place pour tenter d’avoir des nouvelles. « Ce que je veux savoir, c’est s’il va bien », a expliqué la mère d’un jeune homme chargé de faire le ménage dans les toilettes du bar, revenue sur les lieux après être allé dans trois hôpitaux à la recherche de son fils. Cette attaque présumée « ne restera pas impunie », a tweeté le gouverneur de l’Etat de Veracruz, Cuitláhuac García. « Nous ne tolérons pas les groupes criminels », a-t-il ajouté.

Une des régions les plus violentes du Mexique

L’Etat de Veracruz est une des régions les plus violentes du pays, en raison de sa situation au bord du golfe du Mexique qui la place sur une des principales routes d’exportation de drogue vers les États-Unis. On y recense également de nombreux enlèvements, y compris de migrants.

Mercredi matin, durant son habituelle conférence de presse quotidienne, le président mexicain, Andrés Manuel Lopez Obrador, a dénoncé une attaque « inhumaine », évoquant un règlement de compte entre le parquet local de Veracruz et des groupes criminels sur fond de corruption.