Méditerranée: Une centaine de migrants secourue par le navire de l'ONG allemande, Mission Lifeline

SAUVETAGE L’ONG allemande Mission Lifeline a ajouté que son équipage avait été pris à partie par les garde-côtes libyens pendant le sauvetage

20 Minutes avec AFP

— 

Une embarcation de migrants en Méditerranée
Une embarcation de migrants en Méditerranée — MARCOS MORENO / AFP

Une centaine de migrants repérés sur un canot ont été secourus, ce lundi, en Méditerranée, au large des côtes libyennes, a annoncé l’ONG allemande Mission Lifeline, ajoutant que son équipage avait été pris à partie par les garde-côtes libyens.

« Les chambres à air du canot étaient déjà dégonflées », a souligné l’ONG sur les réseaux sociaux. Transférés dans l’urgence sur des bateaux pneumatiques, les migrants ont rejoint le nouveau navire de secours de Mission Lifeline, l’Eleonore.

Le premier bateau de l’ONG placé sous séquestre en juin à Malte

« Un bateau militaire des garde-côtes libyens s’est approché à pleine vitesse et a menacé l’équipage », avant de s’éloigner, écrit l’ONG, dont le bateau navigue sous pavillon allemand. Le Lifeline, un bateau sous pavillon néerlandais de la même organisation humanitaire, avait été placé sous séquestre en juin à Malte où il avait accosté avec plus de 230 migrants à son bord.

Le capitaine de ce navire, Claus-Peter Reisch, avait été accusé par les autorités maltaises et italiennes d’avoir enfreint les règles en refusant notamment de se plier aux ordres des garde-côtes libyens. Il a été condamné à une forte amende pour des irrégularités concernant l’immatriculation du bateau, mais a fait appel de la décision. Le même capitaine est aux commandes de l’Eleonore.

Un accord européen trouvé pour les 365 migrants de l’Open Arms

Les forces armées de Malte ont pour leur part annoncé avoir sauvé lundi deux groupes de migrants dérivant sur des bateaux pneumatiques, l’un avec 73 personnes à bord et le second avec 89 personnes. Tranférés sur un patrouilleur maltais, ils devaient tous rejoindre Malte. Jeudi, un autre navire, le MareJonio, affrété par le collectif italien de gauche Mediterranea, a également pris la mer en direction de la Libye.

Le MareJonio avait été mis sous séquestre en mai en vertu de la législation anti-migrants du ministre italien de l’Intérieur sortant de la Ligue (extrême droite) Matteo Salvini, puis libéré en août. Un accord européen de répartition avait autorisé vendredi le débarquement des 356 personnes secourues à bord de l’Ocean Viking, au grand soulagement des ONG SOS Méditerranée et MSF qui commençaient à manquer de vivres après deux semaines en mer.