Le débat Palin-Biden en live comme à la maison

USA 2008 C'était en direct sur 20minutes.fr

Gilles Bouvaist et Philippe Berry

— 

Sarah Palin et Joe Biden
Sarah Palin et Joe Biden — DR (montage)

Le débat, c'est fini. Un débat plutôt civil et souriant où, loin des espoirs de la voir exploser, nourri par certains démocrates, Palin s'en est bien sorti, à des années lumière de ses interviews avec Katie Couric. Faut aimer son style truffé d'américanismes popu destinés à rappeler que oui, elle est une maverick d'Alaska et une hockey mom et pas une habituée de Washington. Elle a insisté beaucoup sur son rôle de mère, ses origines de classe moyenne, tout en étant plutôt sérieuse sur les questions de politique étrangère. Sinon, elle aura tout fait pour se détacher de Bush, qu'elle n'a pas du tout mentionné. Elle a beaucoup attaqué Obama et défendu avec vigueur McCain.


Biden? Absolument soporifique au départ, il est monté en puissance au fur et à mesure. Précis sur la politique étrangère, il n'a jamais montré de mépris à l'égard de son adversaire, ce que craignait les démocrates. Très crédible sur la fin, remonté contre McCain, avec un vrai moment émouvant à la fin, quand il a retenu un sanglot discret en évoquant ses enfants (rescapés d'un accident de voiture où il a perdu sa première épouse). Il a beaucoup moins évoqué Obama que Palin ne l'a fait avec McCain.

Personne n'a fait de gaffes, tout le monde est soulagé, mais le moment fatidique qui aurait pu se passer ce soir et faire basculer l'élection n'a pas eu lieu.

22h35
C'est fini!

22h25
Biden descend en flêche le thème du maverick "Maverick he is not!", martèle-t-il, en précisant que McCain n'a jamais faussé compagnie à son parti sur les questions qui comptent pour les Américains: l'assurance maladie, l'éducation, l'Irak… Il revient plutôt fort après un début catastrophique. Après un très bon début Palin s'en sort pas trop mal, mais ça ronronne beaucoup, elle déroule vraiment les arguments républicains classiques (trois citations de Reagan) de façon trop mécanique.

22h20
Biden parle d'élever ses enfants quand on ne sait pas s'ils arriveront à s'en sortir (allusion à l'accident où il a perdu sa première épouse). Il un vrai moment d'émotion où il a l'air de basculer, presque les larmes aux yeux. Palin vient aussi de parler de ses enfants mais la question m'a échappé.

22h15
Question la plus bizarre de la soirée: "Si l'impensable avait lieu, en quoi une administration Biden ou Palin serait différente d'une administration Obama/McCain.
Sur le rôle du vice-président, "Cheney a été le président le prudent dangereux que nous ayions eu dans l'histoire américaine", balance Joe Biden. Ouch.

22h10
Palin lance un "Say it ain't so Joe, there you go again" [cette dernière réplique piquée à Reagan contre Carter en 1980] qui a l'air d'être écrit sur un prompteur géant.Un peu beaucoup là, Sarah. Puis elle se lance dans un éloge de ses enfants et de l'école, qui sonne très très toc.

22h05
La stratégie jusqu'ici: pour Biden, associer McCain à Bush à tout prix. Pour Palin, jouer l'outsider/maverick d'Alaska (elle le dit elle-même).

21h55
OK, on évoque Israël. Palin est en faveur d'une solution binationale. Biden parle d'un "échec abject" de Bush dans le conflit israélo-palestinien: celui d'avoir donné trop de poids aux élections dans les territoire palestiniens et favoriser et le Hamas. Sinon, ils sont sur une même ligne. Les Palestiniens dans tout ça? On ne le saura pas. Palin trouve qu'"il y a chez Obama et Biden trop de doigts pointés vers le passé pour un ticket qui se veut celui du changement". Rayon tics de langage, Biden parle deux fois de lui à la troisième personne.

21h45 L'Irak. Ça s'échauffe. Palin attaque direct, avec un grand sourire aux lèvres sur le surge, la stratégie anti-insurrectionnelle lancée en Irak: Obama s'y est toujours opposé et il a refusé d'augmenter les fonds aux troupes américaines. C'est un drapeau blanc, celui de la défaite", lance-t-elle. Comme McCain, Palin insiste sur l'Iran et la menace que ce pays pose à Israël. Hop, elle ajoute Kim Jong Il et "les frères Castro": ce sont avec eux qu'Obama veut négocier, c'est au-delà de la naïveté, c'est dangereux, lance-t-elle. Biden la reprend au vol, avec les mêmes arguments qu'Obama la semaine dernière.

21h40
Les droits pour les couples gay? Biden et Palin (qui vacille un peu sur la question, nettement moins à l'aise que sur l'énergie) sont d'accord pour des droits dans l'absolu mais s'opposent à un mariage.

21h35
Le réchauffement climatique et les énergies renouvelables. Biden affirme que John McCain s'est toujours opposé à tous votes pour des énergies renouvelables. Palin reproche à lui et Obama de s'être opposé aux forages pétroliers offshore. "Drill baby drill" lâche-t-elle, avec un grand sourire (heureusement elle nous a pas fait de clin d'œil). Biden revient pour défendre son parcours sur le charbon propre sur lequel il dit que l'on a trahit ses positions.

21h30 Palin récite, Biden monologue. Ennui !

21h25
Le débat est cordial. Joe Biden descend en flêche le plan d'asssurance maladie de McCain "l'ultime pont vers nulle part" qui, dit Biden, laissera 20 millions d'Américains sans assurance.
On enchaîne sur ce que les candidats doivent laisser tomber.Biden dit qu'il faudra sans doute réduire les aides internationales promises par Obama. Palin dit que comme ça ne fait que cinq semaines qu'elle est là, elle n'a pas fait trop de promesses (prends ça, Obama).
Vient le tour de l'énergie, "mon domaine d'expertise", dit Palin. Tout ça est assez technique. Et un peu barbant, à vrai dire.


21h20
Sarah Palin attaque Biden sur le plan d'impôts de Barack Obama et sur les propos de l'impôt défini comme "patriotique". "Dans la classe moyenne, là d'où je viens avec mon mari Todd, on ne trouve pas ça du tout patriotique et on ne veut pas que le gouvernment se mette dans votre chemin…"
Elle évoque le plan de McCain sur l'assurance maladie, ce que John McCain n'a jamais fait.

21h10
Joe Biden vient de penser à regarder le public dans les yeux. Sarah Palin l'accuse de vouloir augmenter les impôts. Mouaip. Rien de bien original, mais elle s'en sort. Pas d'agressivité. Plutôt tranquille et simple, direct (avec trop de tics de langage –darn right! Imaginez Michelle Alliot-Marie disant "t'as gagné ouais" toutes les trente secondes). Dur de rester concentré.

21h05
Sarah Palin a parlé ! Elle n'a pas fait de gaffes!
Enorme surprise (non, je plaisante). Palin répond à toute vitesse. Elle glisse un "I betcha" (tu paries), elle nous fait un clin d'œil (elle regarde le public pendant que Joe Biden regarde la modératice). Elle en fait des tonnes (elle lâche un "darn right" –tu parles–, un "hockey mom", un Joe six Pack [le gars du coin] par là…). C'est énergique mais assez creux (comme Biden par ailleurs). Et l'on parle des subprimes et des responsabilités dans la crise… On s'ennuie ferme.

21h02
Ça fait deux minutes que Biden évoque le plan de sauvetage du Sénat, et déjà, on sent qu'il va faire de longues tirades pas folichones.

21h
Gwenn Ifill commence, sans faire allusion à la polémique (voir plus bas). Joe Biden a son allure habituelle. Sarah Palin lui serre chaleureusement la main "Nice to meet you. Can I call you Joe?" (Content de vous rencontrer. Je peux vous appeler Joe?)

20h30 – D’après Karl Rove, Biden
est «génétiquement programmé pour gaffer». Et il espère que la presse (évidemment ces salauds de journaux libéraux) sera aussi dure avec lui qu'avec Palin s’il se vautre. Au mérite de Fox News (en ce moment, c’est Papa Bear Bill O’Reilly), ils viennent de passer tous les morceaux d’interview de Sarah chez Katie Couric et Charlie Gibson.

 

19h45 – Un mot sur les règles du débat ce soir: le format est différent, avec des réponses de chaque candidats ramenées à seulement 90 sec, et surtout une période de discussion de 2 minutes, contre 5 entre McCain et Obama. Pour certains, ça avantagera Sarah Palin, lui évitant de partir off-track et de rester sur ses talkings points répétés et rabâchés pendant ses 5 jours de préparation. En même temps, Biden a la fâcheuse habitude de s’écouter parler, donc un format plus court arrange plutôt tout le monde.

19h Dans les dernières news d’avant débat, McCain change d’air sur Gwen Ifill, la modératrice de ce soir. A propos de la polémique sur son livre à paraître (sur la nouvelle vague des politiciens afro-américains), McCain se disait hier persuadé qu’elle serait objective et professionnelle lors du débat. Ce matin sur Fox News, il confiait, «ce serait mieux que soit quelqu’un n’étant pas en train d’écrire un livre pro-Obama, mais la vie est injuste, c’est comme ça».