G7 à Biarritz : Plusieurs organisations altermondialistes bloquent l’usine Bayer-Monsanto dans les Landes

POLITIQUE Plusieurs organisations altermondialistes ont bloqué ce vendredi l’usine Bayer-Monsanto de Peyrehorade, dans les Landes, pour dénoncer sa production de produits jugés toxiques, à la veille du G7

E.P.

— 

Plusieurs organisations dont Attac, la Confédération Paysanne et les Amis de la terre bloquent l'usine de Bayer-Monsanto dans les Landes, à la veille du G7.
Plusieurs organisations dont Attac, la Confédération Paysanne et les Amis de la terre bloquent l'usine de Bayer-Monsanto dans les Landes, à la veille du G7. — Emilio Morenatti/AP/SIPA

Alors que le G7 s’ouvre à Biarritz ce samedi, des militants de la Confédération Paysanne, d’Attac, des amis de la Terre, d’ELB, Bizi et LAB bloquent ce vendredi la sortie des produits jugés toxiques de l’usine Bayer-Monsanto à Peyrehorade, dans les Landes. Une façon de dénoncer l’inaction des dirigeants réunis sur la Côte basque.

« Ce sommet illégitime, qui prétend parler à la place des peuples, sera incapable de répondre aux enjeux planétaires du XXIe siècle et en particulier à l’ampleur de la crise agricole, écologique et climatique », estiment les organisations dans un communiqué commun.

« Vos profits sont nos cancers »

Des bottes de foin et de la terre ont été déversés devant l’usine du groupe pour y installer un potager. Par ailleurs, des banderoles indiquant notamment « vos profits sont nos cancers » ont été déployés par les militants.

« Bayer-Monsanto est responsable de désastres sanitaires et environnementaux. Le lien entre l’utilisation massive de pesticides et la multiplication de maladies est de plus en plus évident, notes les organisations dans leur communiqué. Les produits de Bayer-Monsanto empoisonnent les paysans, les champs et nos assiettes. Pour prévenir le danger réel et imminent lié aux produits et aux pratiques toxiques de Bayer-Monsanto, nous n’avons d’autre choix que de bloquer l’usine de Peyrehorade. »

Elles demandent l’interdiction de ces produits toxiques ainsi que l’arrêt de leur production, et se disent prêtent à multiplier les actions avec les citoyens.