Amazonie : La stratégie de Jair Bolsonaro pour « lutter contre la pression internationale »

CLIMATOSCEPTIQUE Selon des documents révélés par le site britannique « OpenDemocracy », Jair Bolsonaro veut saboter les efforts de préservation de la forêt amazonienne

Manon Aublanc

— 

Jair Bolsonaro, le 20 novembre 2018.
Jair Bolsonaro, le 20 novembre 2018. — Eraldo Peres/AP/SIPA

La protection du « poumon de la planète » compromise par la politique de Jair Bolsonaro ? Selon des documents révélés par le site britannique OpenDemocracy, ce mercredi, le président brésilien d’extrême droite veut « lutter contre la pression internationale » qui vise à protéger la forêt amazonienne.

Et pour saboter les efforts de préservation de la forêt amazonienne, le gouvernement brésilien climatosceptique prévoit de construire une autoroute, un pont ou encore une centrale hydraulique au cœur de la plus grande forêt tropicale du monde.

Une « campagne mondialiste qui porte atteinte à la souveraineté du Brésil »

L’association OpenDemocracy, qui lutte pour le débat démocratique et les droits de l’homme, a notamment publié des diapositives présentées lors d’une réunion entre le gouvernement brésilien et des dirigeants locaux de l’État de Para qui abrite une large partie de la forêt amazonienne.

« Des projets de développement doivent être mis en œuvre sur le bassin amazonien pour l’intégrer au reste du territoire national afin de lutter contre la pression internationale en faveur de la mise en œuvre du projet de préservation de la forêt Triple A (un couloir écologique transnational de 136 millions d’hectares destinés à protéger des parcs naturels, des réserves indiennes et des espaces naturels de biodiversité) », peut-on lire sur la diapositive, relayée par le journal britannique The Independent. Lors de cette réunion, le gouvernement de Jair Bolsonaro a dénoncé une « campagne mondialiste qui porte atteinte à la souveraineté du Brésil dans le bassin amazonien », attribuée aux médias et aux ONG de défense de l’environnement.

Les chiffres de la déforestation « exagérés » ?

Et le président climatosceptique brésilien ne veut pas entendre parler de déforestation ou d’urgence environnementale. Jeudi, alors Emmanuel Macron avait appelé les membres du G7 à « parler de l’urgence » des incendies qui ravagent la forêt amazonienne depuis plusieurs jours, Jair Bolsonaro l’avait accusé d’avoir « une mentalité colonialiste ». Début août, Ricardo Galvao, le directeur de l’Institut national de recherche spatiale (Inpe) du Brésil, avait été remercié par Jair Bolsonaro, qui l’avait accusé d’exagérer l’ampleur de la déforestation en Amazonie.

Le directeur de l’organisme public brésilien avait taxé le président brésilien de « lâcheté » pour avoir remis en cause les chiffres officiels. Selon l’Institut national de recherche spatiale (Inpe), 75.336 feux de forêt ont été enregistrés dans le pays de janvier jusqu’au 21 août, soit 84 % de plus que sur la même période de l’an dernier. Selon un collectif d’ONG, 54 % de ces feux concernent l’Amazonie. La déforestation, qui avance rapidement, est la principale cause des départs de feu.