Crise au Cachemire : La France « attentive » aux intérêts et droits des populations civiles

GEOPOLITIQUE Les tensions restent vives au Cachemire indien depuis le 5 août et la révocation par l'Inde de l’autonomie constitutionnelle du territoire

20 Minutes avec AFP

— 

Narendra Modi et Emmanuel Macron
Narendra Modi et Emmanuel Macron — AFP

Alors que les tensions restent vives au Cachemire indien depuis le 5 août et la révocation par l'Inde de l’autonomie constitutionnelle du territoire qu’elle contrôle, Emmanuel Macron a indiqué jeudi que la France « demeurera attentive à ce que les intérêts et les droits des populations civiles » soient « dûment pris en compte dans les territoires de part et d’autre de la ligne de contrôle ».

Une déclaration faite à l’issue d’une rencontre, dans le château de Chantilly, avec le Premier ministre indien Narendra Modi. « J’ai rappelé qu’il appartenait à l’Inde et au Pakistan de résoudre leur différend dans le cadre bilatéral, a ajouté le président de la République. Il est de la responsabilité des deux parties d’éviter toute dégradation sur le terrain de nature à conduire à une escalade ».

« Le Premier ministre Modi m’a fait part des changements auxquels il avait procédé, qui relèvent de sa pleine souveraineté pour ce qui est des aspects juridiques, et de son engagement très ferme à maintenir la stabilité dans la région et à lutter activement contre toute forme d’escalade et toute résurgence d’activité terroriste », a encore déclaré Emmanuel Macron.

Il a par ailleurs ajouté qu’il échangera dans les prochains jours un échange avec le Premier ministre pakistanais « pour lui rappeler la volonté de la France de voir cette question traitée dans le cadre bilatéral », a-t-il conclu.