Deux policiers hongkongais ont été arrêtés, ce mardi, après la diffusion d'une vidéo les montrant maltraiter un homme sur un brancard dans un hôpital.
Deux policiers hongkongais ont été arrêtés, ce mardi, après la diffusion d'une vidéo les montrant maltraiter un homme sur un brancard dans un hôpital. — Manan VATSYAYANA / AFP

VIOLENCES

Hong Kong: Deux policiers interpellés après avoir frappé un homme à l'hôpital

Les forces de l’ordre sont accusées de brutalité par les militants du mouvement pro-démocratie

Après la diffusion d’une vidéo montrant deux policiers hongkongais maltraiter un homme sur un brancard dans un hôpital, les deux hommes ont été arrêtés, ce mardi. Ces images accentuent un peu plus la pression sur les forces de l’ordre, accusées de brutalité par le mouvement pro-démocratie.

« Il est évident que les actes commis par les officiers de police concernés sont illégaux », a déclaré John Tse, un porte-parole de la police, qui a précisé que les forces de l’ordre n’avaient découvert la vidéo que mardi.

L’homme battu par les policiers pendant plusieurs minutes

Enregistrées fin juin par une caméra de surveillance, les images montrent les deux policiers en uniforme matraquant un homme allongé, dont le corps est ceinturé sur un brancard. Les deux représentants de l’ordre semblent vouloir l’empêcher de crier en maintenant fermement un drap sur sa bouche.

Dans la pièce exiguë, les deux policiers, seuls, se relaient pour battre l’homme pendant plusieurs minutes. Selon la police, ce dernier était alors en état d’arrestation.

Les manifestants réclament l’ouverture d’une enquête indépendante sur la brutalité policière

« Les deux officiers impliqués ont été arrêtés pour agression ayant provoqué des blessures corporelles », a ajouté le porte-parole. Il a promis une enquête complète et indépendante, insistant sur le fait que « les officiers de police ne sont jamais autorisés à user de violence ». L’incident risque d’alimenter encore davantage la colère qui gronde contre les forces de police de Hong Kong.

Parmi leurs revendications, les militants pro-démocratie, qui manifestent depuis plus de deux mois, réclament la tenue d’une enquête indépendante sur la brutalité policière, comme l’usage de gaz lacrymogènes et de balles en caoutchouc, contre les manifestants. Des groupes de militants radicaux se heurtent fréquemment aux forces de l’ordre, qui incarnent désormais le visage honni du gouvernement de Hong Kong​.