VIDEO. Affaire Epstein: L'autopsie confirme un suicide par pendaison

ENQUETE La mort brutale du financier connecté aux puissants et inculpé de trafic sexuel de mineures a alimenté les théories du complot  

P.B.

— 

Le directeur de la prison fédérale de Manhattan où le financier Jeffrey Epstein a été retrouvé mort samedi, a été muté à titre temporaire.
Le directeur de la prison fédérale de Manhattan où le financier Jeffrey Epstein a été retrouvé mort samedi, a été muté à titre temporaire. — Levine-Roberts/Sipa USA/SIPA

Le médecin légiste a rendu son verdict : la mort de Jeffrey Epstein, décédé samedi dernier, est bien un suicide. Le financier inculpé de trafic sexuel sur mineures s’est pendu dans sa cellule. Le rapport tombe alors que la mort brutale accompagnée « de graves irrégularités » à la prison a alimenté de nombreuses théories du complot depuis le 10 août.

Le médecin légiste base son jugement sur l’autopsie et « d’autres preuves ». Selon les médias américains, l’autopsie a révélé des fractures du cou, notamment de l’os hyoïde, ce qui peut se produire lors d’une pendaison ou dans les meurtres par strangulation.

Le financier déchu avait été placé sous surveillance après une première tentative de suicide. Mais elle avait été levée fin juillet, à la demande de ses avocats. Une enquête a révélé de « graves irrégularités » à la prison : les deux gardiens, qui étaient censés garder un œil sur ce détenu à risque toutes les 30 minutes se seraient endormis pendant au moins trois heures, selon les médias américains. Ils ont été suspendus, et le directeur de l’établissement a été muté.

De multiples plaintes déposées

le ministère de la Justice a promis de poursuivre l'enquête sur ses crimes présumés et ses éventuels complices, à commencer par son amie proche Ghislaine Maxwell, accusée par plusieurs victimes présumées d'avoir entretenu son réseau d'esclaves sexuelles et participé à certaines agressions sexuelles.

Personne ne sait exactement où elle se trouve. Le journal britannique Daily Mail croyait savoir mardi qu'elle était dans le Massachusetts, mais l'information a été démentie. Le New York Post a publié vendredi des photos semblant la montrer à la terrasse d'un restaurant de Los Angeles, sans toutefois préciser la date des clichés. En attendant des avancées de l'enquête, les actions au civil demandant réparation à ses héritiers et ses complices présumés se multiplient.

Après une première plainte mercredi enregistrée au tribunal d'Etat de New York par une victime présumée déjà connue des médias, Jennifer Araoz, une autre a été déposée devant le tribunal fédéral de New York pour exploitation sexuelle, réclamant 100 millions de dollars de dommages et intérêts.

Face à la possibilité d'un afflux de plaintes, Lisa Bloom, l'avocate des deux nouvelles plaignantes restées anonymes, a appelé vendredi les héritiers de M. Epstein à créer un «fonds d'indemnisation des victimes», qui examinerait les demandes de réparation de «façon équitable et rapide». A défaut, a prévenu l'avocate, «nous nous battrons devant les tribunaux pour obtenir la justice que méritent nos clientes».