Israël autorise une des élues démocrates à se rendre en Palestine, elle refuse

BOYCOTT Rashida Tlaib, élue du Michigan au Congrès, est la première représentante américaine d’origine palestinienne et demandait à pouvoir rendre visite à sa grand-mère

20 Minutes avec AFP

— 

Rashida Tlaib est représentante du Michigan depuis janvier 2019.
Rashida Tlaib est représentante du Michigan depuis janvier 2019. — Paul Sancya/AP/SIPA

Les autorités israéliennes ont autorisé l’entrée sur leur territoire à l’élue démocrate américaine Rashida Tlaib pour motif « humanitaire », a indiqué vendredi le ministre de l’Intérieur. Israël avait annoncé la veille avoir interdit sa visite et celle d’une autre élue américaine, Ilhan Omar, en raison de leur soutien au mouvement de boycott de l’Etat hébreu et à la suite d’une demande du président Donald Trump.

Mais le ministre Arié Dery a décidé vendredi d’autoriser l’entrée de Rashida Tlaib « pour une visite humanitaire à sa grand-mère ». Rashida Tlaib a aussi « promis de ne pas faire avancer la cause du boycott contre Israël durant son séjour », selon un communiqué du ministre. Rashida Tlaib est la première élue au Congrès américain d’origine palestinienne. Le territoire israélien est la porte d’entrée pour les Territoires palestiniens.

Refus de dernière minute

Mais dans un plot-twist digne de Sixième sens, Rashida Tlaib a annoncé le jour-même qu’elle renonçait à cette fameuse visite à cause des « conditions oppressives » imposées selon elle par Israël, dont elle a dénoncé les « politiques racistes » dans un tweet.

« J’ai décidé que rendre visite à ma grand-mère sous ces conditions oppressives allait à l’encontre de tout ce en quoi je croyais : combattre le racisme, l’oppression et l’injustice », a tweeté Rashida Tlaib.

Le boycott considéré comme antisémite par Israël

Le mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) appelle au boycott économique, culturel ou scientifique d’Israël afin de protester contre l’occupation des Territoires palestiniens. Or en 2017 Israël avait voté une loi permettant d’interdire l’entrée sur son territoire aux partisans du BDS, qu’il dénonce comme antisémites --des accusations qu’ils réfutent.

Mais dans la nuit de jeudi à vendredi, Rashida Tlaib a écrit aux autorités israéliennes pour leur demander de pouvoir visiter sa famille, et plus particulièrement sa grand-mère, qui vit dans le village de Beit Ur al-Fauqa, près de Ramallah, en Cisjordanie occupée. « Il pourrait s’agir de ma dernière chance de pouvoir lui rendre visite », a fait valoir l’élue américaine dans sa lettre mise en ligne.