Canada: Justin Trudeau promet de durcir le contrôle des armes à feu face à la recrudescence des fusillades

SECURITE Toronto, plus grande ville du Canada, a connu près de 270 fusillades depuis le début de l’année, contre 248 à la même période en 2018

20 Minutes avec agences

— 

Justin Trudeau, Premier ministre canadien, le 4 août 2019.
Justin Trudeau, Premier ministre canadien, le 4 août 2019. — Darryl Dyck/AP/SIPA

« Les récentes fusillades ont souligné la nécessité d’une politique de bon sens sur les armes à feu ». Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a promis ce mardi que son gouvernement proposerait de nouvelles mesures de contrôle des armes à feu s’il est réélu en octobre. Il a tenu une conférence de presse avec le maire de Toronto, une ville confrontée cet été à une recrudescence des fusillades.

Justin Trudeau n’a toutefois pas promis une interdiction pure et simple des armes de poing, comme le réclame notamment l’élu conservateur John Tory. « Nous devons agir. Mais M. Tory et moi-même avons convenu qu’une simple politique répressive n’était pas la solution », a-t-il assuré.

270 fusillades à Toronto depuis le début de l’année

Toronto, plus grande ville du Canada, a connu près de 270 fusillades depuis le début de l’année, contre 248 à la même période en 2018, selon les chiffres de la police. Elles ont fait moins de morts que l’an dernier (20 contre 30), mais plus de blessés (132 contre 109).

Début août, 17 personnes ont été blessées lors de 14 fusillades distinctes autour du même week-end. Le chef de la police a attribué l’essentiel de cette violence aux affrontements entre gangs de rue.

Un enjeu électoral

Même si la violence par armes à feu n’atteint pas le niveau du voisin américain, la question devrait être au cœur de la prochaine campagne électorale pour les élections législatives d’octobre au Canada. Les derniers sondages donnent le parti libéral de Justin Trudeau au coude-à-coude avec les conservateurs dirigés par Andrew Scheer.

Le Premier ministre a rappelé que son gouvernement avait déjà pris plusieurs mesures pour lutter contre la violence des armes à feu, notamment un renforcement des enquêtes lors de l’achat d’une arme ou des restrictions sur leur transport. « Nous savons qu’il faut faire plus », a-t-il ajouté.

« Nous avons hâte de dévoiler un projet pour continuer à contrôler les armes et à investir pour rendre nos quartiers plus sûrs, et c’est exactement ce que nous ferons », a-t-il assuré.