Climat: Près de 300 millions d'euros débloqués par l'Australie pour aider les îles du Pacifique

RECHAUFFEMENT Le sommet annuel du Forum des îles du Pacifique (FIP), qui réunit 16 pays d’Océanie ainsi que la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française, devrait être consacré au climat

M.A. avec AFP

— 

Une partie de la Grande Barrière de corail, au large du Queensland (Australie).
Une partie de la Grande Barrière de corail, au large du Queensland (Australie). — Pixabay

Sous le feu des critiques pour son climatoscepticisme, le gouvernement australien a annoncé, ce mardi, une enveloppe d’un demi-milliard de dollars australiens (300 millions d’euros) pour aider les pays du Pacifique à faire face au réchauffement climatique.

Tirée du budget déjà alloué à l’aide internationale, cette somme devait permettre aux îles du Pacifique d’investir dans les énergies renouvelables et de renforcer leurs capacités à lutter contre les effets du réchauffement climatique.

L’absence d’effort de l’Australie en matière de climat pointée du doigt

Scott Morrison, le Premier ministre australien, doit se rendre aux Tuvalu, archipel qui accueille de mardi à jeudi le sommet annuel du Forum des îles du Pacifique (FIP), lequel réunit 16 pays d’Océanie ainsi que la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française et devrait être largement consacré à la question des bouleversements climatiques. Car le réchauffement a des impacts bien réels pour les îles de la région.

Celles qui sont peu élevées risquent tout simplement de disparaître en raison de l’élévation du niveau des océans. Beaucoup d’autres, parfois les mêmes, sont de plus en plus régulièrement frappées par des cyclones dévastateurs. Cette année, même ses plus petits Etats membres, comme les Tuvalu, les Palaos ou le Vanuatu, se sont fait entendre pour dénoncer l’absence d’effort de l’Australie en matière de climat.

L’Australie entend atteindre les objectifs de l’Accord de Paris

Le Premier ministre fidjien, Frank Bainimarama, a affirmé lundi que la dépendance de Canberra envers le charbon posait « une menace existentielle » pour les îles. Celles-ci ont été profondément irritées du fait que le gouvernement australien ait récemment donné son feu vert à un projet minier très controversé du groupe indien Adani dans l’Etat du Queensland (nord-est de l’Australie).

De son côté, Scott Morrison a défendu le bilan de son pays en matière de climat, en affirmant que l’Australie atteindrait les objectifs qui lui ont été fixés par l’Accord de Paris en matière de réduction des émissions à l’horizon 2030.

Lutter contre l’expansionnisme chinois

« Les 500 millions de dollars australiens que nous investissons pour les énergies renouvelables dans le Pacifique et sa capacité de résilience face au changement climatique et aux catastrophes s’ajoutent aux 300 millions de dollars de la période 2016-2020 », a-t-il dit dans un communiqué.

« Cela souligne non seulement notre engagement à respecter nos obligations en matière de réduction des émissions chez nous, mais aussi notre volonté de soutenir nos voisins et amis. » L’annonce de cette enveloppe intervient alors que Canberra a lancé une offensive de charme auprès des îles du Pacifique pour contrer l’expansionnisme chinois dans la zone.