Fusillades aux Etats-Unis: Le «Washington Post» publie les noms des 1.196 victimes américaines depuis 1966

FAITS DIVERS Cette édition spéciale de 12 pages, entièrement consacrée aux victimes de fusillades, a été baptisée « Les vies perdues »

20 Minutes avec agence

— 

Dans les locaux du «Washington Post», en mars 2016.
Dans les locaux du «Washington Post», en mars 2016. — Brendan Smialowski / AFP

Mille cent quatre-vingt-seize. C’est le nombre de personnes qui ont été tuées dans des fusillades aux Etats-Unis depuis 1966. Dans une édition spéciale de 12 pages nommée « Les vies perdues », le Washington Post a voulu rendre hommage à toutes ces victimes en publiant leurs noms ce dimanche.

« Mille cent quatre-vingt-seize. C’est le nombre de noms sur cette page », a déclaré le journal américain. « Des gens qui faisaient des choses ordinaires jusqu’à ce qu’ils soient tués par des meurtriers lors de fusillades. » Sur la Une du triste numéro, on peut lire « 54 ans, 165 fusillades, 1.196 victimes ».

« C’est le moment de réfléchir »

Cette publication intervient après les fusillades des 3 et 4 août qui ont coûté la vie à 31 personnes à El Paso (Texas) et à Dayton (Ohio). « Le rythme des tueries de masse s’est considérablement accéléré ces dernières années », constate le Washington Post. En effet, entre la tuerie de Sandy Hook (14 décembre 2012) et ces deux dernières fusillades début août, 423 personnes ont trouvé la mort, soit « plus du tiers des 1.196 morts depuis 1966 ».

Avec ce choix éditorial fort, le Washington Post souhaite relancer le débat sur le port d’armes aux Etats-Unis. « C’est le moment de réfléchir au terrible coût humain des fusillades de masse dans notre pays et de se souvenir des personnes qui ont perdu la vie », a déclaré Martin Baron, directeur exécutif du journal.