Explosion d'une base militaire en Russie: Donald Trump affirme en savoir «beaucoup» sur l'affaire

FAKE NEWS ? Le président a mentionné le missile « Skyfall », soi-disant possédé par les Etats-Unis dans une version « plus avancée »

20 Minutes avec agences

— 

Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, avant de monter à bord d'Air Force One pour partir en vacances, le 9 août 2019.
Le président américain Donald Trump à la Maison Blanche, avant de monter à bord d'Air Force One pour partir en vacances, le 9 août 2019. — Evan Vucci/AP/SIPA

Donald Trump a affirmé ce lundi en savoir « beaucoup » sur l’explosion qui s’est produite jeudi dernier sur une base militaire en Russie. « Les Etats-Unis en ont appris beaucoup sur l’explosion d’un missile défectueux en Russie », a tweeté le président américain.

Mentionnant le missile « Skyfall », il a assuré : « Nous avons une technologie similaire, mais plus avancée ». Cette affirmation a immédiatement été démentie par un expert. « Voilà qui est bizarre », a répliqué Joe Cirincione sur Twitter. « Nous n’avons pas de programme de missile de croisière à propulsion nucléaire. »

Le missile « Skyfall », une arme « invincible » selon Poutine

« Nous avons essayé d’en développer un, dans les années 1960 », a ensuite expliqué l’expert, président de la fondation Ploughshares Fund, qui milite pour une dénucléarisation globale. « Mais c’était trop délirant, trop infaisable, trop cruel même pour ces années de folie nucléaire de la Guerre froide. »

Selon les experts américains, l’accident russe est probablement lié aux tests du missile de croisière à propulsion nucléaire, baptisé 9M730 « Bourevestnik » par la Russie. Vladimir Poutine l’a mentionné début 2019 comme l’une des nouvelles armes « invincibles » de la Russie.

L’Otan a, de son côté, nommé ce missile russe « SSC-X-9 Skyfall ». L’explosion a fait au moins cinq morts. Quelques jours plus tard, les autorités russes ont reconnu que l’accident était lié aux tests de « nouveaux armements », promettant de les mener « jusqu’au bout ». La base où a eu lieu l’explosion, ouverte en 1954, est spécialisée dans les essais de missiles, notamment des missiles balistiques.