Jeffrey Epstein se serait pendu, son île visée par un raid du FBI

JUSTICE Une enquête a été ouverte alors que le financier accusé de trafic sexuel sur mineures s'est, semble-t-il, suicidé samedi

20 Minutes avec AFP

— 

La résidence de Jeffrey Epstein sur son île de Little St. James, dans les îles Vierges.
La résidence de Jeffrey Epstein sur son île de Little St. James, dans les îles Vierges. — Miami Herald/TNS/Sipa USA/SIPA

On en sait un peu plus sur les circonstances autour de la mort de Jeffrey Epstein. Inculpé de multiples agressions sexuelles sur mineures, le financier américain qui s’est suicidé samedi s’est pendu avec le drap de sa cellule, selon le New York Post. D’après le Times, l’homme d’affaires, qui avait probablement déjà tenté de se suicider fin juillet, a été laissé sans surveillance pendant plusieurs heures et l’un des deux gardiens censés le surveiller était un remplaçant.

Alors que le ministre américain de la Justice a fait part de sa « colère » et ouvert une enquête sur les circonstances de ce décès, il a promis que les éventuels complices de Jeffrey Epstein feraient face à la justice. C’est pour cette raison que des agents du FBI ont, selon plusieurs médias, effectué lundi un raid sur une petite île américaine des Caraïbes appartenant à Jeffrey Epstein. Cette dernière a été surnommée « l’île de la pédophilie » par certains tabloïds, en raison des jeunes filles mineures que le millionnaire Epstein y aurait fait venir.

Traquer d’éventuels complices

Deux responsables anonymes des forces de l’ordre, cités par la chaîne NBC, ont confirmé que la police fédérale américaine avait lancé une perquisition dans la résidence d’Epstein sur l’île de Little St. James, dans les îles Vierges, que le riche homme d’affaires aurait acquise dans les années 1990.

Le tabloïd britannique Daily Mail avait publié un peu plus tôt des informations similaires sur ce raid, avec des photos et des vidéos semblant montrer des agents en uniforme du FBI déployés sur l’île. Contacté, le FBI, qui a ouvert une enquête samedi sur la mort du financier, n’a pas immédiatement confirmé ces informations.

Ce raid survient alors que le ministre américain de la Justice et le procureur fédéral de Manhattan ont promis, malgré sa disparition, de poursuivre l’enquête sur les multiples agressions sexuelles commises par Jeffrey Epstein et de traquer ses éventuels complices. Fille du défunt magnat britannique des médias Robert Maxwell, Ghislaine Maxwell, 57 ans, qui fut très proche de Jeffrey Epstein, fait désormais figure de suspect numéro 1, même si elle a démenti toute implication. Elle est accusée par certaines victimes présumées du financier d’avoir activement recruté de jeunes adolescentes afin de satisfaire l’appétit d’Epstein et d’avoir même participé aux abus.

La connexion avec la France

D’autres sont sur la sellette, dont le Français Jean-Luc B., patron d’une agence de mannequins. Dans des documents judiciaires rendus publics vendredi, une victime présumée de Jeffrey Epstein, Virginia Giuffre, affirmait que Ghislaine Maxwell l’avait forcé à avoir des relations sexuelles avec lui, ce que Jean-Luc B. a démenti par le passé. Epstein voyageait régulièrement en France, où il avait au moins une propriété, et c’est en rentrant de France en jet privé qu’il avait été interpellé début juillet.

Deux ministres français – les secrétaires d’Etat Marlène Schiappa (égalité femmes/hommes) et Adrien Taquet (protection de l’enfance) – ont d’ailleurs demandé lundi l’ouverture d’une enquête dans l’Hexagone, même si la ministre de la Justice Nicole Belloubet a rappelé qu’il n’appartenait pas au gouvernement de décider des poursuites à entamer.