Des membres d'équipage de l'"Ocean Viking" secourent des migrants, le 10 août 2019.
Des membres d'équipage de l'"Ocean Viking" secourent des migrants, le 10 août 2019. — Anne CHAON / AFP

HUMANITAIRE

Naufrage en Méditerranée: L'«Ocean Viking» sauve une nouvelle fois des migrants au large de la Libye

Le navire compte désormais 356 personnes à la recherche d'un port sûr pour débarquer

Le navire humanitaire « Ocean Viking » a secouru lundi 105 migrants supplémentaires dans les eaux internationales au large de la Libye. Le canot bleu en caoutchouc a été repéré dans la journée à environ 40 milles nautiques des côtes libyennes, grâce à la veille permanente mise en place sur le pont supérieur du navire affrété par SOS Méditerranée et Médecins sans frontières (MSF).

A bord se trouvaient 105 hommes et adolescents, en majorité des Soudanais, parmi lesquels 29 mineurs dont deux enfants d’environ 5 et 12 ans. Les deux précédentes embarcations secourues samedi et dimanche par l' « Ocean Viking » transportaient également un grand nombre de Soudanais fuyant la Libye.

L'« Ocean Viking » a encore la capacité de recueillir de nouveaux migrants

L’opération de lundi a été plus compliquée que les précédentes : quand les zodiacs des marins-sauveteurs sont arrivés à sa hauteur, le canot avait commencé à se dégonfler et plus d’une demi-douzaine de personnes sont tombées à l’eau. Tous les migrants ont toutefois pu être récupérés et conduits sains et saufs sur le pont de l'« Ocean Viking ».

Le navire humanitaire compte désormais 356 personnes à la recherche d’un port sûr pour débarquer. Ce grand bateau rouge est équipé pour accueillir entre 200 et 250 personnes dans de bonnes conditions dans des conteneurs aménagés sur le pont, mais il a encore la capacité de recueillir de nouveaux migrants si la situation l’impose, affirment les deux ONG.

L’Aïd al-Adha pourrait rendre les garde-côtes libyens moins vigilants.

L'« Ocean Viking » compte donc poursuivre ses patrouilles au large de la Libye, les conditions météorologiques étant actuellement favorables aux départs et ce, alors que le début de la grande fête musulmane de l’Aïd al-Adha pourrait rendre les garde-côtes libyens moins vigilants.

Il n’y a en effet pas d’autre ONG disponible : l'« Alan Kurdi » de Sea-Eye vient de rentrer à sa base de Majorque, le Mare Jonio de Mediterranea (dont le séquestre a été levé la semaine dernière) est encore en Sicile, et l'« Open Arms » de Proactiva Open Arms fait du surplace au large de Lampedusa.