Affaire Epstein: Pourquoi l'ouverture d'une enquête en France est-elle réclamée?

ENQUETE Alors que l'enquête continue sur Jeffrey Epstein aux Etats-Unis malgré sa mort, des voix s'élèvent pour que des investigations aient également lieu en France

Jean-Loup Delmas

— 

Jeffrey Epstein
Jeffrey Epstein — /AP/SIPA
  • L'homme d'affaires Jeffrey Epstein est décédé en prison le 10 août, alors qu’il devait être jugé pour de multiples accusations d'abus sexuels sur mineurs aux Etats-Unis.
  • Malgré sa mort, des enquêtes sont toujours en cours, et certains faits mettent en lumière les liens de Jeffrey Epstein avec la France.
  • « 20 Minutes » fait le point.

« Epstein est parti, mais la justice doit encore être rendue », réclamait samedi Jennifer Araoz, après la mort du milliardaire qu’elle accuse de viol alors qu’elle avait 15 ans. Une justice réclamée aux Etats-Unis, où les scandales sexuels de Jeffrey Epstein devaient le mener à un procès en 2020, mais qui pourrait bien faire un détour par la France, puisque des témoignages accusent l’homme d’affaires d’avoir exporté ses méfaits.

Ce lundi, les secrétaires d’Etat Marlène Schiappa et Adrien Taquet, ont également réclamé dans un communiqué commun l’ouverture d’une enquête en France : « L’enquête américaine a mis en lumière des liens avec la France. Il nous semble ainsi fondamental, pour les victimes, qu’une enquête soit ouverte en France afin que toute la lumière soit faite. » Quels sont les liens avec la France dont tout le monde parle ? 20 Minutes fait le point.

Pourquoi parle-t-on de Jeffrey Epstein ?

Jeffrey Epstein était un riche américain de 66 ans, ayant fait fortune dans la finance, chez Bear Stearns puis avec son propre cabinet, J. Epstein & Co. Sa fortune personnelle était estimée à 500 millions de dollars. L’homme d’affaires a été accusé d’avoir organisé, pendant plusieurs années, un réseau constitué de dizaines de jeunes filles sous influence, certaines collégiennes, avec lesquelles il avait des rapports sexuels dans ses nombreuses propriétés. Selon plusieurs témoignages, employées et recruteuses géraient au millimètre un sombre emploi du temps, avec prises de rendez-vous, transport, parfois même en jet privé, instructions et rétribution, souvent 200 à 300 dollars par visite.

Jeffrey Epstein a été condamné une première fois en 2008, alors que 40 victimes avaient été identifiées, mais s’était vu infliger une peine minime de 13 mois après un accord contesté avec un procureur fédéral.

Une perquisition dans sa maison du quartier huppé de l’Upper East Side à Manhattan en juillet avait permis de mettre au jour une salle de massage où il aurait entraîné ses victimes présumées. Inculpé le 8 juillet d’exploitation sexuelle de mineures et d’association de malfaiteurs en vue d’exploiter sexuellement des mineures, il encourait 45 années d’emprisonnement. Son procès devait s’ouvrir au mieux en juin 2020. Il a été retrouvé mort dans sa cellule le 10 août, un suicide-mystère qui a fait fleurir de nombreuses théories du complot.

Quel rapport avec la France ?

Jeffrey Epstein se rendait régulièrement en France, particulièrement à Paris où il avait une luxueuse résidence située au 22, avenue Foch. C’est d’ailleurs lors du retour d’un séjour en France qu’il s’est fait emprisonner en juillet. Dans son carnet d’adresse tricolore, fourni par son ancien majordome figurent de nombreuses « masseuses » auxquelles il faisait appel lors de ses séjours dans la capitale.

L’association Innocence en danger réclame que la justice française se saisisse du dossier, soulignant que « la France est concernée par ce dossier puisque des investigations menées par le FBI font apparaître plusieurs personnes de nationalité française ». Elle cite notamment une « source fiable » indiquant que « plusieurs victimes du réseau prostitutionnel créé par Jeffrey Epstein et ses complices sont également de nationalité française ». L’association s’appuie « sur les informations publiques, des documents déclassifiés aux Etats-Unis depuis vendredi où apparaissent des noms français, mexicains, saoudiens, etc », a expliqué Homayra Sellier, sa présidente.

Ce n’est pas seulement le nom des victimes qui pose la question des liens de l’enquête avec la France. L’une des accusatrices, Virginia Giuffre, met en cause certains Français dans les nombreux proches du milliardaire qu’elle cite. Notamment Jean-Luc B., patron de deux agences de mannequins parisiennes, qu’elle accuse de l’avoir violée alors qu’elle était mineure. Des faits que Jean-Luc B. a toujours niés.

Une enquête va-t-elle être ouverte en France ?

Ce lundi, les secrétaires d’Etat Marlène Schiappa et Adrien Taquet ont réclamé « l’ouverture d’une enquête » en France après le suicide de Jeffrey Epstein et les récents rebondissements de l’enquête. « L’enquête américaine a mis en lumière des liens avec la France. Il nous semble ainsi fondamental, pour les victimes, qu’une enquête soit ouverte en France afin que toute la lumière soit faite », écrivent les deux ministres dans un communiqué, sans donner plus de détails à ce stade.

L’association Innocence en danger n’a, elle, « pas eu de réponses du parquet » en ce qui concerne sa demande d’enquête.