Italie: Renzi propose un gouvernement «institutionnel» pour éviter des élections précipitées

POLITIQUE Le vote d'une motion de censure pourrait avoir lieu fin août

20 Minutes avec AFP

— 

L'ancien Premier ministre italien Matteo Renzi.
L'ancien Premier ministre italien Matteo Renzi. — Aleandro Biagianti/AGF/SIPA

L’ancien chef du gouvernement de centre-gauche Matteo Renzi a proposé dimanche à toutes les forces politiques de s’unir derrière un gouvernement « institutionnel » pour « sauver » l'Italie d’une dérive « extrémiste » et préparer des élections sans précipitation.

Pour Matteo Renzi, qui fut à la tête de l’Italie de février 2014 à décembre 2016, « ce serait de la folie qu’aller voter tout de suite », dès l’automne, comme l’a exigé le chef de la Ligue (extrême droite), Matteo Salvini, en faisant éclater jeudi la coalition formée il y a 14 mois avec le Mouvement Cinq Etoiles (M5S).

« On vote au Parlement, pas sur la plage »

« Je suis convaincu qu’il y a une majorité pour un gouvernement institutionnel en mesure de sauver l’Italie. Qui refusera devra assumer la responsabilité de livrer à la droite extrémiste l’avenir de nos enfants », a dit Matteo Renzi dimanche sur Facebook et dans des interviews au journal Corriere della Sera et à la télévision Canale 5.

« On vote au Parlement, pas sur la plage. Le match contre Salvini se joue dans les instances institutionnelles, pas en courant derrière un populiste qui gère notre sécurité entre mojito et "cubistes" (animatrices de pistes de danse) », a-t-il dit dans une allusion à la « tournée des plages » lancée par Salvini pour conquérir l’électorat du Sud.

Matteo Renzi a lancé son appel à tous les élus « de la Ligue au M5S, de Forza Italia (parti de Silvio Berlusconi) à la gauche radicale, des autonomistes aux souverainistes, jusqu’aux groupes parlementaires du PD (Parti démocrate) que je sais très solides ».

Il faut « un gouvernement institutionnel qui permettra aux Italiens (via le parlement) de voter la réduction (déjà prévue) du nombre de parlementaires, qui évitera la hausse de la TVA (automatique début 2020, si des mesures budgétaires ne sont pas adoptées avant, ndlr) et qui puisse gérer la tenue d’élections sans manipulations ».

Matteo Renzi a fait sa proposition, à l’orée d’une semaine cruciale où se réuniront les groupes parlementaires pour décider la date du vote d’une motion de censure qui devrait faire tomber le gouvernement de Giuseppe Conte. Les spécialistes tablent sur un tel scrutin autour du 20 août.