Corée du Nord: Les derniers tirs sont un «avertissement» à Washington et à Séoul, déclare Kim Jong-un

TENSIONS Mardi, la Corée du Nord a tiré plusieurs missiles en riposte aux manœuvres conjointes des forces américaines et sud-coréennes, la veille

20 Minutes avec AFP

— 

Kim Jong-Un, le 9 septembre 2018 à Pyongyang.
Kim Jong-Un, le 9 septembre 2018 à Pyongyang. — STR / KCNA VIA KNS / AFP

Les derniers tirs de missiles de la Corée du Nord étaient un « avertissement » adressé à Washington et Séoul en raison de leurs manœuvres militaires conjointes, a prévenu le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, selon des propos rapportés par l’agence officielle KCNA, ce mercredi.

Mardi, la Corée du Nord a tiré plusieurs missiles en riposte aux manœuvres conjointes des forces américaines et sud-coréennes, la veille, visant à tester la capacité de Séoul à avoir un contrôle opérationnel en temps de guerre.

« Un avertissement approprié »

Pyongyang avait prévenu que le lancement de ces manœuvres compromettrait la reprise annoncée des négociations entre les Etats-Unis et la Corée du Nord sur l’arsenal nucléaire de Pyongyang. La Corée du Nord a toujours réprouvé les manœuvres conjointes régulières qu’elle considère comme une préparation pour une éventuelle invasion de son territoire. Mais jusqu’à présent elle s’était abstenue d’effectuer des essais de missiles pendant que ces exercices américano-sud-coréens étaient en cours.

KCNA a indiqué que Kim Jong-un avait personnellement assisté au tir de missiles de mardi. L’essai a permis de vérifier « l’efficacité en temps de guerre » d'« un nouveau type de missiles tactiques guidés », a-t-elle précisé. « Se félicitant du succès de ce tir de démonstration, Kim Jong-un a noté que cette action militaire était une occasion d’adresser un avertissement approprié en direction des manœuvres militaires conjointes que mènent les Etats-Unis et la Corée du Sud », a rapporté l’agence officielle. Selon l’état-major interarmes des forces sud-coréennes, la Corée du Nord a tiré mardi deux projectiles « présumés être des missiles balistiques de courte portée » et qui se sont abattus en mer.

La reprise des pourparlers repoussée à l’automne ?

C’était la quatrième paire de missiles tirée par la Corée du Nord en moins de deux semaines, et Pyongyang a averti qu’il pourrait y en avoir d’autres. Le président américain Donald Trump a minimisé ces divers tirs, soulignant qu’il s’agissait de missiles à courte portée et que ces essais ne constituaient pas une violation des engagements pris par Kim Jong-un envers les Etats-Unis.

Après une année de tensions croissantes et de menaces mutuelles, Donald Trump et Kim Jong-un ont tenu en juin 2018 à Singapour un sommet historique à l’issue duquel ce dernier a signé un engagement pour « la dénucléarisation de la péninsule coréenne ». Un deuxième sommet, en février à Hanoï, a tourné court en raison d’un désaccord sur la question d’une levée des sanctions économiques auxquelles la Corée du Nord est soumise et des concessions que Pyongyang pourrait faire en contrepartie. Des analystes estiment que les activités militaires menées actuellement des deux côtés pourraient repousser la reprise des pourparlers à l’automne.

« La situation qui prévaut refroidit considérablement notre désir d’appliquer les accords »

Pyongyang a fait savoir mardi que la motivation de la République populaire démocratique de Corée (RPDC, nom officiel de la Corée du Nord) à discuter était impactée négativement par les manœuvres conjointes qui venaient de débuter. « La situation qui prévaut refroidit considérablement notre désir d’appliquer les accords RPDC/Etats-Unis et les accords intercoréens, ce qui affecte également les perspectives d’un futur dialogue », a averti un porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères, cité par KCNA.

Pour Pyongyang, le lancement de ces manœuvres « est un déni non dissimulé et une violation flagrante » de plusieurs accords conclus entre Pyongyang et Washington, a indiqué l’agence. Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, a minimisé mardi les protestations de Pyongyang. Les manœuvres conjointes en cours sont « conformes au partenariat que nous avons avec la Corée du Sud », a-t-il dit.