Guerre commerciale: «Ni la Chine, ni les Etats-Unis n'en sortiront gagnants»

INTERVIEW Pour Mary-Françoise Renard, économiste spécialiste de la Chine, « les économies des deux pays vont sans aucun doute pâtir de cette situation »

Propos recueillis par Manon Aublanc

— 

La monnaie chinoise a franchi le seuil symbolique des 7 yuans pour un dollar, le 6 août 2019, un seuil qui n'avait pas été enfoncé depuis 11 ans.
La monnaie chinoise a franchi le seuil symbolique des 7 yuans pour un dollar, le 6 août 2019, un seuil qui n'avait pas été enfoncé depuis 11 ans. — Philip FONG / AF
  • La semaine dernière, Donald Trump a menacé d’imposer des droits de douane supplémentaires à la quasi-totalité des importations chinoises à compter du 1er septembre.
  • En représailles, la Chine a laissé chuter sa monnaie, le yuan, face au dollar. Ce mardi, les Etats-Unis ont officiellement accusé Pékin de manipuler sa monnaie pour soutenir ses exportations.
  • Les deux pays sont engagés depuis plus d’un an dans un bras de fer commercial qui s’est traduit par l’imposition réciproque de droits de douane punitifs.

La réponse chinoise n’a pas tardé. Après la décision de Donald Trump, la semaine dernière, de taxer la totalité des importations chinoises, Pékin a riposté en laissant chuter sa monnaie, le yuan, à son niveau le plus bas depuis 2008.

Pour la première fois depuis onze ans, la monnaie chinoise est passée sous le seuil des 7 yuans pour un dollar. Une situation qui a provoqué la colère de Donald Trump, qui a accusé Pékin de dévaluer sa monnaie pour soutenir ses exportations. Pour comprendre la situation, 20 Minutes a interrogé Mary-Françoise Renard, économiste spécialiste de la Chine, professeure agrégée à l’université d’Auvergne, et responsable de l’Institut de recherche sur l’économie de la Chine  au CERDI.

Pourquoi la Chine a-t-elle dévalué sa monnaie ? Quel est le but ?

En réalité, la Chine n’a pas vraiment dévalué sa monnaie, elle l’a plutôt laissée se déprécier. La banque centrale chinoise (PBC) définit tous les jours ce que l’on appelle un « cours pivot », autour duquel la monnaie peut fluctuer de plus ou moins de 2 %. Pour fixer ce cours pivot, elle utilise ce que l’on appelle « un facteur d’ajustement contracyclique » qui permet de limiter les trop fortes hausses ou les trop fortes baisses. Jusqu’à maintenant, ça marchait plutôt bien : le yuan ne fluctue pas en fonction des marchés, de l’offre et de la demande puisque la banque centrale intervient. En temps normal, ça permet de stabiliser la monnaie chinoise et d’éviter les fluctuations, mais là, elle a laissé le yuan baisser.

Le but, c’est d’abord de répondre aux menaces des Etats-Unis, en disant : « Nous aussi, on peut prendre des mesures. » La Chine aurait pu prendre cette mesure plus tôt, mais elle a vraiment attendu le dernier moment pour utiliser ce recours. Ensuite, quand on laisse un taux de change se déprécier ou se dévaluer, ça rend les exportations moins chères. Cette mesure fait augmenter le coût des produits américains et baisser celui des produits chinois. C’est une arme que la Chine a choisi d’utiliser.

Cette mesure peut-elle se retourner, à terme, contre la Chine ?

Oui, pour la Chine, c’est une opération dangereuse, car elle risque une fuite de capitaux si la monnaie continue à se déprécier. C’est la principale crainte pour l’économie du pays. Si la population chinoise estime que cette guerre commerciale risque de durer, ils vont être incités à placer leurs capitaux dans d’autres monnaies. C’est un risque important pour la Chine, et, à long terme, cela peut représenter un coût relativement élevé. Les guerres commerciales sont toujours extrêmement coûteuses, pour tout le monde.

Certains estiment cependant que cette guerre commerciale a contraint la Chine à faire des réformes plus vite, ce qui est coûteux à court terme mais qui, à moyen ou long terme, peut se révéler bénéfique pour l’économie du pays. L’autre point positif pour Pékin, c’est que l’appréciation du dollar par rapport au yuan n’est pas non plus une mauvaise chose pour la Chine, puisqu’elle détient une partie de la dette américaine.

Cette guerre est-elle vivable sur le long terme ?

Aujourd’hui, le contexte est tout à fait différent de celui du début des années 2000 quand la croissance chinoise était plus dépendante des exportations qu’elle ne l’est aujourd’hui. Cette guerre commerciale, c’est une surenchère, personne ne va céder et on ne voit pas comment elle pourrait cesser. Aucun des deux pays ne sortira gagnant de cette guerre commerciale, les économies des deux pays vont sans aucun doute pâtir de cette situation.

Cette guerre, elle est également dangereuse pour les autres pays. Certains pays d’Asie du sud-est, comme l’Indonésie, la Malaisie, la Corée du Sud, ont des monnaies qui fluctuent en fonction de la monnaie chinoise. Si le yuan se déprécie, leurs monnaies peuvent se déprécier aussi.